Bordeaux Aquitaine Marine

Lectures

Une Transat bordelaise

Les éditions ITARKEO ont le plaisir de vous annoncer la publication d’un ouvrage consacré à l’histoire originale de la Compagnie Bordelaise de Navigation à Vapeur, à la fin du XIXème siècle. C’est aussi l’histoire de l’homme qui a tenté de créer une liaison directe pour le transport de passagers sur la ligne Bordeaux, New-York, Henri Bordes, neveu et collaborateur d’Antoine-Dominique Bordes, le grand armateur à la voile. En 1880, Henri Bordes est, à 38 ans, directeur depuis dix ans de la maison de Bordeaux de son oncle, Antoine-Dominique Bordes, le grand armateur de voiliers. Henri est dans l’affaire depuis vingt ans. Il y a gravi tous les échelons de la hiérarchie, ouvert une représentation à Paris avant de prendre la responsabilité de Bordeaux, siège de la Société depuis l’origine. Il y a surtout gagné la confiance de son oncle qui est très pointilleux sur le choix de ses collaborateurs. A cette date, ses cousins, les enfants d’Antoine Dominique Bordes arrivent à un âge auquel ils deviennent aptes à accéder à des responsabilités dans la Société. Henri s’en retire et avec le soutien de la Chambre de Commerce de Bordeaux, entreprend de lancer, avec quatre paquebots, une compagnie de transports de passagers et d’émigrés sur la ligne Bordeaux - NewYork. Ce sera la Compagnie Bordelaise de Navigation à Vapeur. Grâce à des fonds recueillis par souscription sur la place de Bordeaux, il achète ou fait construire quatre beaux navires qui entrent en service à partir de 1882. Mais la conjoncture internationale se déprime fortement. La concurrence est redoutable, les ennuis techniques s’accumulent. L’un des navires sombre en Manche. En 1895, la jeune société doit déposer son bilan. Henri Bordes ne perd pas son enthousiasme et reprend l’affaire à son nom avec deux navires. Il vend l’un et exploite l’autre avec profit jusqu’en 1902. La postérité ne retiendra pas cette aventure d’un armateur tenace. C’est une autre facette d’Henri Bordes qui, aujourd’hui encore, assure sa célébrité. Il aura été un des plus grands bibliophiles de son temps. Sa bibliothèque fut exceptionnelle autant par la quantité des ouvrages qu’il gardait que par la rareté et la qualité de tous les exemplaires. C’est à ce titre que l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Bordeaux l’admit en son sein. Enfin, cet homme exceptionnel fut un mari et un père de famille exemplaire, entretenant la lignée des Bordes dans une cohésion encore très vivante aujourd’hui. On trouvera dans le livre, - L’historique de la Compagnie Bordelaise de Navigation à Vapeur et de ses quatre paquebots : Le Château Lafite, le Château Léoville, le Château Margaux et le Château Yquem. - Une description de l’état du port de Bordeaux au moment de la construction des quais verticaux et du passage des navires à voiles aux navires à vapeur. - Une biographie détaillée d’Henri Bordes. - Plusieurs fac-similés de la correspondance échangée entre Henri Bordes et son oncle Antoine-Dominique Bordes - La liste complète des navires qui ont appartenu à l’armement Bordes. - La liste complète des navires immatriculés à Bordeaux en 1856. Robert Chevet est également l’auteur de : - Le port de Bordeaux au XXème siècle, L’Horizon chimèrique, Bordeaux 1995. - Marins de Bordeaux, Confluences, Bordeaux, 2002. - Jean-Luc Laporte. 1796-1860, Itarkeo, Bordeaux, 2008. Henri Bordes Pour tous renseignements complémentaires et pour commander s’adresser à Association ITARKEO, 65, rue de Lisleferme 33000 Bordeaux
Bordeaux Aquitaine Marine - (c) tous droits réservés 2012-2018 - Alain Clouet - contact : dossiersmarine@free.fr