Bordeaux Aquitaine Marine

Chantiers Courau et Arman 

Historique (par Alain Clouet)

Courau Antoine (1760-1791)

L’origine des chantiers débute au début du 18e siècle par un mariage, celui de Jean Fénelon, maître constructeur à Sainte-Croix  et de Denise Courau, fille du maître de forges Laurent Courau. Jean Fénelon va prendre en apprentissage Antoine Courau, le jeune frère de Denise. A l’issue de son apprentissage, ce dernier est reçu maître-constructeur. En 1760, il va prendre la suite de Jean Fénelon au départ en retraite de ce dernier.

)Guibert et Courau

(1791-1795)

En 1791, Antoine décède. Son fils François qui a passé son diplôme de sous-ingénieur constructeur, est dans l’obligation de faire son service militaire et ne peut donc prendre immédiatement la suite. Denise, sa mère est donc dans l’obligation de trouver quelqu’un pour assurer temporairement la direction du chantier. Elle fait appel à un ami de la famille, le constructeur Guibert et se créent alors pour quatre années, les « Chantiers Guibert & Courau ».

Courau frères (François, Jean-Baptiste et Laurent) (1795-37 ca)

En 1795, François, libéré du service militaire, s’associe avec ses deux jeunes frères Jean-Baptiste, 20 ans, et Laurent, 19 ans, et récupère ses cales de construction. Le chantier prend le nom de « Courau Frères ». Quelques années de crise, obligent Laurent et Jean-Baptiste à se tourner vers d›autres horizons. A la reprise, vers les années 1830, François fait entrer son petit-fils, Lucien Arman, au  chantier.

Courau et Arman (1837 ca - 1851)

On ignore à ce jour la date exacte à laquelle Lucien Arman devint officiellement associé à son oncle. Ce qui est certain, c’est qu’il prit dès ses premières années au chantier, une place importante dans la direction du chantier. Déjà le journal « le Publicateur » daté du 19 juillet 1837, cite le chantier « Courau et Arman » et non plus « Courau ».

Chantiers Arman (1851-1863)

Lucien Arman modifie la dénomination des chantiers en « Chantiers Arman » pour prendre les rênes du chantier officiellement en 1851, bien qu'il dirigeât le chantier de fait depuis plusieurs années. le chantier prend un essor important grâce aux innovations techniques apportées par Arman (son clipper dit à la française) et surtout grâce au réseau de relations qu’il a su créer.

Chantiers et Ateliers de l’Océan (1863-1871)

Face au succès sans cesse grandissant de ses chantiers, Lucien Arman décide de passer à la taille supérieure. Pour cela il va s’associer, en 1863, aux « Chantiers et Ateliers du Canal Vauban, Mazeline et Cie » pour former la « Compagnie anonyme des Chantiers et Ateliers de l’Océan », société anonyme au capital social de 12 millions de francs en 24 000 actions de 500 francs, dont les souscripteurs apporteront 5,5 millions. L’intérêt d’une telle association est évident, car les deux entreprises sont parfaitement complémentaires, Lucien Arman apporte ses chantiers, Mazeline apporte ses ma-chines. Arman possède alors les :  chantier de Ste Croix à Bordeaux  chantier de Bacalan à Bordeaux  Société des Ateliers Bordelais ou Ateliers Maldant & Cie  Ateliers Mazeline, Le Havre  Chantier d’Ajaccio  Atelier de Forges à Rouen Une suite de très mauvaises affaires amènent au dépôt de bilan en 1868. Le chantier est mis en redressement judiciaire. En 1871, le banquier parisien Delahante  reprend les seuls chantiers de Bordeaux.

Chantiers de Bacalan (1872-1879)

Le chantier bordelais se maintient difficilement grâce à quelques clients fidèles, notamment l›armateur A. D. Bordes. En 1879, l'un des actionnaires belges, les Forges d'Homécourt, deviennent actionnaire majoritaire à la faveur d'une augmentation de capital, et renomment les chantiers : « Dyle & Bacalan ».

Bordeaux Aquitaine Marine - (c) tous droits réservés 2012-2019 - Alain Clouet - contact : dossiersmarine@free.fr