Bordeaux Aquitaine Marine

Les Armateurs à la Grande Pêche

par Alain Clouet

note : vous trouverez les caractéristiques de ces navires dans les pages consacrées aux chalutiers girondins

1

BORDEAUX

1.1

COMPAGNIE COLONIALE DE PECHE ET DE COMMERCE (1907-1911)

1907 : création pour exploiter les pêcheries du Sénégal au Maroc. 1908 : 2 chalutiers et 1 goélette. 1911 : disparition de la société.

1.2

CIE GENERALE DE GRANDE PECHE (EX-MORUE FRANÇAISE) (1945-1970 ?)

1945 : PDG : Ferdinand Legasse.  Société d'origine basque, basée à Fécamp ayant des agences à Fécamp, Bordeaux, La Rochelle et Port-de Bouc) De 1950 au début des années 1970 :  possède 3 chalutiers saleurs : Arnaud Legasse, Duguay-Trouin, La Jeune Française et 2 chalutiers mixtes : Louis Legasse, Jacques Cœur. Ces bateaux déchargeaient à Bègles 1959 : Ses bateaux immatriculés jusqu'à cette année à Fécamp, furent contraints pour des questions de réglementation en Atlantique Nord, de s'immatriculer à Bordeaux à partir de mai 1959.

1.3

CHALUTIERS GIRONDINS (1924 - 1932+)

Société anonyme au capital de 500.500.000 francs dont le siège est à Paris (55 rue de Prony, Paris. Elle est filiale de Léon Poret, armateur. Elle est instalée au 34 quai des Chartrons. 1924 : 2 morutiers (70 m de long, le Paul Alibert et le Léon Poret. 12-8-1930 : dissolution par fusion avec la "Compagnie Anonyme Française de Pêche et d'Armement (CAFPA)" de Boulogne, la Société "Les Terre-Neuvas" et la "Sacip", la nouvelle société gardant le nom de CAFPA.

1.4

PECHERIES DE FRANCE (M. CASTEL) (1924- ?)

Société anonyme au capital de 5.000.000 de francs dont le siège social est au 16, rue des Pyramides à Paris. Elle est aussi installée à Boulogne, Bordeaux, Granville et la Rochelle 1924 : sa flotte bordelaise est de 4 morutiers, les Edouard-Watteau, Jules Elby, René Godet, et Joseph Vandevalle. 12-1927 : en activité à Bordeaux. 6-10-1932 : réinstallation à Bordeaux .

1.5

 MARTIN LEGASSE, NEVEU ET CIE (1920-1969) 

Cette société a été créée par la famille Legasse de Bayonne et avait des activités non seulement à Bayonne, mais aussi à Bordeaux et Saint-Malo. On ne connaît pas les liens exacts de cette société avec la CGGP, si ce n'est son actionnaire commun, la famille Lagasse. 1951 : achat du Président Houduce à la CGGP . 1969 : Legasse revend sa société au groupe Chegaray.

1.6

SOCIETE HOADIENNE DE PECHE (1924)-

 1924 : 2 morutiers : l’Acadien et le Cap-à-l’Aigle (ce dernier construit par les ACMSO de Bordeaux).

1.7

A. LETOUZET (1911-1921)

1911-21 : possède le 3 mâts goélette la Pomone .

1.8

LES ARMEMENTS FRANÇAIS COLONIAUX (1923-1977 ?)

1923 : créé par la branche bayonnaise de la famille Legasse à St Malo. Le nouvel armement achète trois voiliers : Bassilour, Stella-Matutina, à Saint-Pierre et Miquelon, et Rouzic, qui semble seul être inscrit à Saint-Servan. 1924 achat du 3mâts goélette Notre-Dame d’Uronéa de 503 tjb. 1945 : déménagement de St Malo à Bordeaux. 1945 : 1 chalutier : le Bassilour (construit aux USA - exploité par Legasse - racheté par Huret en 1977 et rebaptisé Islande.

1.9

JOSEPH HURET (1843-1938) - PECHERIES BORDEAUX-BASSENS (1938 – 1977)

Le fondateur est Joseph Norbert Huret né le 29 septembre 1843 - capitaine au long cours. 1908 : fonde le « Comptoir de Pêches Joseph Huret » à Boulogne-sur-mer. 1910 : se constitue en entreprise avec l’aide son gendre Georges Dezeustre (ingénieur ECP) et de son fils Joseph Prosper Huret. 1914 : possède 5 chalutiers à vapeur dont 4 à la grande pêche - La Marine Nationale réquisitionne les 5 chalutiers. 1914-18 : profite de la guerre pour transférer son siège social au 8 rue Corneille à Bordeaux. Il y a plusieurs raisons à ce déménagement : Bordeaux est le lieu de transaction de la morue salée en France, c’est en outre grand port de réparation avec beaucoup de facilités et des possibilités d’hivernage des bateaux. 1919 : l’activité reprend - trois chalutiers sont récupérés et envoyés à Terre-Neuve 1920 : décès de Joseph Norbert Huret à Bordeaux. 1921 : mort de son gendre et collaborateur, Georges Dezeustre à St Pierre et Miquelon. Succède à Joseph Norbert Huret, son fils Joseph Prosper Huret qui détient 50% du capital, Mme Georges Dezeustre détenant le reste. 1924 : 4 morutiers, les Islande, Terre-Neuve (construit en 1911, 60 mètres), Mauritanie et Maroc. 1928 : Elle cède ses parts à ses fils Georges et André nés en 1901 et 1903. Le Comptoir devient une société en nom collectif « Huret et Cie » entre les trois associés. La famille fonde avec la SA « Cie des entrepôts et gares frigorifiques » en association avec la SA des « Sècheries Frigorifiques » et de la SA « Cie des entrepôts et sècheries frigorifiques de Bordeaux-Bassens ». Le but avoué de cette création est d’améliorer la commercialisation de la morue en France. En novembre 1938, la commercialisation est abandonnée faute de rentabilité. Le nom de la société est changé et devient « Pêcheries de Bordeaux-Bassens ». Elle exploite trois gros chalutiers au diesel (Islande II, Finlande Jutland). Avril 1946 : le seul chalutier restant, l’Islande II, reprend du service. La société « Joseph Huret » abandonne toute activité au profit des « Pêcheries de Bordeaux- Bassens », et se transforme en SARL. 1960 : dissolution de la SARL « Joseph Huret ». 1964 : décès de Joseph Huret. André Dezeustre prend la suite assisté de Georges et de son cousin Jean Huret. Ils possèdent alors trois chalutiers saleurs (Islande, Finlande, Jutland). Mais ce type de pêche est de moins en moins rentable. 20 janvier 1965 : achat du Bassilour , renommé Islande. 1967 : Entrée en flotte du premier chalutier congélateur Groeland qui donne de bons résultats. A cette époque, leur achat est subventionné par l’Etat. Ils passent commande avec l’armement « Le Garrec » de 4 chalutiers-congélateurs en Italie entre 1973 et 1975. 11 mai 1975 : décès de Jean Huret fils. Le PDG devient André Dezeustre avec deux directeurs, ses fils Jacques et Guy. Bateaux possédés par Huret Dates Observations 4 chalutiers 1914 Réquistionnés par Marine Nationale 3 chalutiers 1919 Islande 1 1920-1938 Terre-Neuve 1924- ? Construit en 1911 – 60 m de long Mauritanie 1924- ? Maroc 1924 Finlande 1 1936-1944 Moteurs diesel Jutland 1 1934-1939 Moteurs diesel Islande 2 1946- 1959 Finlande 1 1948- ? Jutland 2 1951-1970/75 Zélande 1 1955-1975 Groenland 1959-1963 ex-Jacques Cœur  Islande 3 1965 ex-Bassilour Finlande 2 1964 Groenland 2 1967- ? Premier chalutier congélateur de la flotte Zélande 2 197 Finlande 3 1974-1988 Jutland 3 1974-1980 En gestion pour l'armement Le Garrec Islande 4 1973-1988 Saint Pierre 1988-1989 Immatriculé à Saint Pierre et Miquelon Saint Denis 1988-189 Immatriculé à Saint Pierre et Miquelon

1.10

PECHE AU LARGE (1934- 1977)

La société est fondée en 1934 par Pierre Vidal, après la faillite de la Société Nouvelles des Pêcheries à Vapeur dont il était administrateur. Il reprend trois morutiers de son ancienne société, les Victoria, Marcella et Merceditta. Cet armateur pêchait à l'époque sur trois zones : Terre-Neuve, Groënland et Côtes de Norvège. 1939 : Pierre Vidal meurt dans un accident de voiture. Sa femme est nommée gérante. 1940 : Le Marcella et le Merceditta sont réquisitionnés par les allemands (le premier coulera en Méditerranée, le second en rade du Verdon). Le Victoria reste à Dakar sous pavillon français. 7-1945 : nouveau départ en pêche du Victoria. 1949 : achat du Pierre Vidal (Cdt Michelet). 1950 : lancement du Magdalena - vente vers cette époque du Victoria, remplacé par l’Annita . Bateaux possédés par Vidal Dates Observations Victoria 1 1924-1951 Marcella 1933-1944 Merceditta 1936-1939 Sabordé par les allemands en 1944 en Gironde, réparé et réutilisé Pierre Vidal 1 1948-1962 ? Magdalena 1949-1970+ Annita 1951- ? ex- Merceditta (peit navire) Marion de Procé 1960-1973 Pierre Vidal 2 1966-1977 Victoria 2 1970-1978 Naufrage à l'embouchure du Saint-Laurent Commandant Gué 1975-1989

1.11

SOCIETE NOUVELLE DES PECHES LOINTAINES (1977-1989)

1977 : Cette nouvelle société présidée par Jean-Roger Domecq , un notable bordelais étarnger au milieu de la pêche, est issue de la fusion de la "Pêche au Large" (les frères Jean et Gérard Vidal) pour 25% et de "Pêcheries de Bordeaux-Bassens" (famille Dezeustre). A l'occasion de cette fusion-acquisition par la famille Dezeustre, des capitaux extérieurs rentrent dans la société. Du côté de la famille Dezeustre, Jean Huret fils est décédé en 1974. Sa veuve va vendre à cette occasion une partie de ses actions à l'extérieur (comme à M. Pierre Monier, négociant). Du côté de la famille Vidal, à la mort de Pierre Vidal, les Chantiers de l'Atlantique rentrent dans le capital en paiement de la construction du Commandant Gué en 1975 que Pierre Vidal n'avait pu payer entièrement. La SNPL s'organise autour du directeur commercial et chef de l'armement Jacques Dezeustre, son frère Guy est directeur des services techniques, Gérard Vidal directeur des achats et Michel Peyrot, secrétaire général. Sont ainsi regroupés les trois navires de la famille Vidal (Pierre Vidal 2 qui va être refusé par la famille Dezeustre, Victoria 2 et Commandant Gué) et les quatre de la famille Dezeustre (Groenland 2,  Zélande 2, Finlande 3, plus le Jutland 3, un bateau en gérance pour l'armement Le Garrec). Cette même année, la SNPL va acheter le Bassilour  qui va devenir l'Islande 4. Les années qui vont suivre vont être particulièrement difficiles du fait de la position du Canada qui veut absolument éliminer les français de leurs zones de pêche et les chalutiers sont vendus les uns après les autres. En 1988, la SNPL va faire une dernière tentative de maintien en rachetant 80% du captal d’Interpêche à Saint-Pierre-et-Miquelon. Rlle investit dans deux nouveaux chalutiers, le Saint-Pierre et le Saint-Denis, mais sans succès. La SNPL ferme ses portes en 1989.

2. BAYONNE

à venir
Bordeaux Aquitaine Marine - (c) tous droits réservés 2012-2018 - Alain Clouet - contact : dossiersmarine@free.fr