Bordeaux Aquitaine Marine

Le Chantier du Roi

par Alain Clouet

le chantier en face de l’hôpital de la Manufacture  vers 1780

Bien que n'ayant pas d'arsenal, Bordeaux a intéressé la marine royale pour son 

implantation au fond d'un énorme estuaire, assurant une certaine sécurité vis-à-

vis des incursions navales étrangères.

Dès le 17e siècle, la marine royale s'est installée devant l'hôpital de la

Manufacture à Paludate sur la rive gauche de la Garonne pour y stocker des bois

de construction destinés aux arsenaux royaux. Il occupait alors une superficie de

12.890 m². La marine disposait aussi des fosses aux mâts (à Bacalan et aux

Queyries), de deux corderies (à St Pierre et au Puy-Paulin), d'un magasin général

(à Ste Croix), et d'un autre dépôt de bois (à Ste Croix).  Il convient d'y ajouter un

champ d'essais situé à Lormont (rive droite) où les canons provenant des Forges

du Périgord étaient testés avant d'être livrés à Toulon ou Rochefort.

Il semble qu'au début, le chantier fut utilisé pour la construction comme en

témoigne cett citation de Féret (1) dans sa Statistique : "Au XVIIe siècle, la marine

marchande de Bordeaux ne se composait encore que de caboteurs incapables

d'affronter la haute mer. Les chantiers de construction étaient alors établis en

Paludate. Le chantier du Roi avait seul de l'importance. En 1611, la flotte de Louis XIV se composait de 119 navires de tous rangs, dont 4 du premier rang, 7 du deuxième

et 4 du cinquième avaient été construits dans ce chantier du Roi". Ce témoigne unique n'est pas corroboré par d'autres sources à ma connaissance, mais dans ce cas, le

chantier est rapidement tombé en désuétude puisqu'au siècle, les auteurs s'accordent à dire qu'il n'y avait pas de chantier réel. Aucun  ingénieur-constructeur ne fut

d'ailleurs nommé pour diriger le chantier.

Il fallut attendre 1759, l'année où Delaurier, un ingénieur-constructeur

du Roi fut nommé pour prendre la direction de l'emplacement devant

la Manufacture et y créer un chantier de construction. Ce serait à cet

emplacement qu'ont été construites quatre prames  de 390 tx (Louise,

Batilde, Sophie et Françoise).

A partir de cette date le chantier fut entouré de palissades et des

ateliers furent érigés. On construit même une porte d'entrée

monumentale en pierre pour souligner le caractère royal du lieu !

Cette porte demeura longtemps en place, même après la disparition

du chantier.

En 1761, l'ingénieur-constructeur Antoine Groignard vient à Paludate

pour dessiner les plans d'un futur vaisseau de 56 canons dont il sera

commandé quatre exemplaires en 1762, par Choiseul, alors ministre

de la Marine, (le Bordelais, le Flamand, l'Utile et la Ferme) dont la

réalisation sur place sera dirigée par Léon-Michel Guignace (il sera

nommé ingénieur-constructeur en 1765).

Ce fut le départ d'une série de constructions, toujours sous la

direction de Léon-Michel Guignace. Ce dernier quitta ses fonctions en

1775 et ne fut remplacé que deux plus tard par Pierre Train qui ne

resta que deux avant de rejoindre Bayonne. Il convient cependant de noter que sur les quelques 120 bateaux construits sur ce demi-siècle sur ce demi-siècle, la grande

majorité seront de petites unités du type chaloupe, canonnière ou péniche.

En mars 1814, l'armée anglo-portugaise est aux portes de Bordeaux. Une frégate est en cours d'achèvement sur le chantier. Par ordre du commissaire de la marine, elle

est renversée sur ses tins afin que l'ennemi ne puisse la récupérer. Ce sera le dernier navire de l'Etat construit au chantier du Roi .

(1) in Ferret – Statistique Générale de la Gironde, 1878 - p 875.

LES NAVIRES CONSTRUITS AU CHANTIER DU ROI
nom dates type tonnage dimensions BAILLEE 1759 prame BATILDE 1759-68 prame 390 tx 42,6 x 12 x 2,9 m BELLE POULE 1765-80 frégate de 32c 1150 tx 43 x 11,2 x 4,9 m BORDELAIS 1763-1779 vaisseau de 56c 1100 tx 50,70 x 13,77 x 6,30 m CHARLOTTE 1760-1765+ prame COMTE DE SAINT FLORENTIN 1758 vaisseau de 80c DAVID 1764 flûte DEDAIGNEUSE 1766-84 frégate de 32 c 1150 tx 43 x 11,2 x 4,9 m FERME 1763-74 vaisseau de 56c 1100 tx 49,5 x 13,5 x 6,2 m FLAMAND 1765-85 vaisseau de 56c 1100 tx 49,5 x 13,5 x 6 m FLECHE 1759-63 canonnière FORTUNE 1762-71 corvette 190 tx FRANCOISE 1759-83 prame 390 tx 42.6 x 12.2 x 2.90 m FURET 1770-83 cotre 40 tx FURIEUX 1793-93 cotre GIRONDE 1793-1800 corvette GUEPE 1798-1800 brick HARDI 1800-03 corsaire HARMONIE 1794-97 frégate de 44c 720 tx HERCULE 1779-79 flûte IMPERIEUSE 1767- frégate de 32c 1150 tx 42.9 x 11.2 x5.5 m INSOLENTE 1796-1800 corvette de 18c LEVRIER 1770-75 cotre 40 tx 45'6" x 19'4" LEZARD 1770-77 cotre 40 tx 45'6" x 19'4" LOUISE 1759-83 prame 390 tX 42.6 x 12.2 x 2.90 m LYNX 1779-97 canonnière MARECHAL DE MOUCHY 1779 frégate MILAN 1770-84 cotre 40 tX RAILLEUSE 1779-97 frégate 600 tx 136' x 34'6" x 14' pieds RENOMMEE 1793- frégate de 32c REPUBLICAIN 1793-94 corvette ROSTAN 1757 frégate ROY 1638 vaisseau de 52c SAUTERELLE 1759-63 canonnière SIECLE 1788-1804 cotre SOCIETE POPULAIRE 1793-1801 corvette SOPHIE 1759-68 prame 390 tx 42.6 x 12.2 x 2.90 m TOURTERELLE 1770-83 frégate 6000 tx, 1150 tpc 42.9 x 11.2 x 5.5 m UTILE 1763-71 vaisseau de 56c 1100 tx 49,5 x 13,5 x6,2 m VAILLANT 1767-89 gabare 400 tx VENUS 1793-1800 corvette 290 tx VERT GALANT 1768-70 corvette VOLAGE 1795-97 corvette 400 tx

Bordeaux Aquitaine Marine - (c) tous droits réservés 2012-2018 - Alain Clouet - contact : dossiersmarine@free.fr