Bordeaux Aquitaine Marine

Chantiers Chaigneau et Bichon

Les Chantiers Bichon à Lormont, vers 1850, Antoine-Désiré Héroult (1802-1853), Musée d'Aquitaine

1. les membres de la famille

BICHON Jean (Cadet) - (1786 -1861)  Jean Bichon, fils de Bichon Jean et de Renon Jeanne est né le 17 juin 1786 à Lormont, c'était le petit-fils de Pierre Bichon, fondateur de la dynastie de constructeurs de navires qui va marquer de son empreinte le 19'"' siècle dans la localité de Lormont mais aussi dans l'histoire locale de la construction navale en Gironde. En 1806, alors qu'il est âgé de vingt ans, Jean Bichon (cadet) est appelé sous les drapeaux comme nombre de garçons de son âge. Pour éviter d'accomplir cette obligation légale, un accord est passé le 11 octobre 1806 devant Me Bizet notaire à Bordeaux avec un nommé Arnaud Olivier, cordonnier à Bergerac qui s'oblige à remplacer Jean Bichon pour la somme de 4.800 francs dont 600 F payés Immédiatement et le surplus dans deux ans. (Enregistrement : Acte B i folio 6 - 113). Cette pratique du remplacement consentie n'est pas Illégale, mais ne peut toutefois concerner que les enfants de familles aisées pouvant financer l'indemnisation compensatoire. Le 7 janvier 1808, Jean Bichon constructeur de navires âgé de 21 ans, résidant chez ses parents, épouse à la mairie de Lormont Catherine-Thérèse Chaigneau, née dans la commune le 29 juin 1785, fille de Arnaud Chaigneau ainé, constructeur de navires et de Elisabeth Renon. A l'occasion de cette union, un contrat est passé le 10 novembre 1807 devant Me Bizut notaire à Bordeaux (Série Q Enregist 8323, folio 9911001). Par ce contrat, Arnaud Chaigneau et Dame Elisabeth Renon constituent à leur fille Catherine-Thérèse, 10.000 francs on argent plus mobilier (valeur 2.000 F). Les époux seront logés et nourris chez le père du futur (600 Fr/an). Jean Bichon aîné et Jeanne Renon abandonnent à leur fils des outils de l'étal de constructeur, pontons, bateaux et matériaux plus 6.000 F, plus jouissance des magasins, chantiers, hangars, emplacements et rivages du sud de leur maison, alignement du mur du midi au grand magasin. Cette union renforce ainsi les liens qui unissent déjà les deux familles pour diriger conjointement l'entreprise de construction navale Implantée sur la rive droite de la Garonne. Les Chantiers Bichon à Lormont, vers 1850, Antoine-Désiré Héroult (1802-1853), (Musée d'Aquitaine) Jean Bichon (cadet) assiste donc son père, lequel est associé pour la direction des chantiers avec Arnaud Chaigneau, l'ensemble constituant l'entreprise Chaigneau et Bichon qui tient une place importante dans la construction navale locale (Lormont et Bordeaux). Jean Bichon (cadet) sera entre autres un des principaux acteurs de la construction du premier navire à vapeur français qui sera lancé à Lormont le 2 août 1818. Le 25 avril 1821, Jean Bichon (ainé) son père, décède à Lormont et son fils se trouve donc l'héritier direct au sein de l'association avec Chaigneau. Le couple Jean Bichon / Catherine-Thérèse Chaigneau aura sept enfants  (4 garçons et 3 filles). Deux des filles et un des garçons épouseront ( dans l'intérêt évident de la préservation du patrimoine familial de l'entreprise commune) trois des enfants Chaigneau. L'ainée des filles Jeanne-Amanda Bichon née le 21 mai 1810 épousera le 18 mars 1830, Arnaud-Félix Chaigneau, dernier enfant du couple Arnaud-Adolphe Chaigneau et Elisabeth Renon. Sa jeune soeur, Thérèse-Emma Bichon née le 31 juillet 1813, épousera quant à elle le 6 avril 1834, François-Adolphe Chaigneau, fils d'Antoine Chaigneau et de Jeanne-Thérèse Renon. Enfin, l'un des fils, Gustave-Dominique Bichon né le 29 septembre 1811, s'unira le 20 février 1838 avec Jeanne-Ida Chaigneau, nièce de Jeanne-Amanda déjà citée. Jean Bichon (cadet) est nommé maire de Lormont le 6 octobre 1831 par un arrêté préfectoral du 28 septembre 1831. Comme il est d'usage à l'époque, Jean Bichon prête sermon de fidélité au Roi. Il demeurera en fonction comme premier magistrat de la commune pendant vingt-six ans, jusqu'au 20 juin 1857 date à laquelle il démissionnera de ses fonctions. En 1848, le chantier Chaigneau-Bichon, le principal employeur de la commune emploie 410 personnes dont 387 hommes exerçant pour la plupart la profession de charpentier de marine. Dans un de ses écrits, Blanqui dépeint l'atmosphère qui règne à cette époque dans ce chantier Chaigneau-Bichon de Lormont : « où l'excellent esprit de la direction a constitué les ouvriers en une sorte d'association assez riche pour secourir les veuves ou les orphelins de ses membres» . En 1850, Jean Bichon alors maire de Lormont, déposera un projet pour que la route menant de Lormont à Bassens qui traverse les chantiers navals le long du fleuve soit légèrement reculée plus en retrait dans le but d'améliorer le fonctionnement de l'entreprise. Paquebot postal Bastia. En 1852, Jean Bichon ( pour des raisons non identifiées) va mettre un terme à l'alliance professionnelle qui unissait sa famille depuis des décennies avec la famille Chaigneau. Par cette rupture, il prend son indépendance et son autonomie, assisté de ses deux fils Gustave-Dominique et Arnaud-Frédéric, eux-mêmes constructeurs de navires, à cette occasion, il quitte le site ancestral implanté le long du fleuve et procède à l'acquisition d'un terrain de 9 ha 70 situé plus en amont toujours sur la rive droite du fleuve. C'est là qu'il installe son entreprise avec la mise on place immédiate de deux cales de construction et d' ateliers mécaniques adaptés pour la réalisation de navires de tous types. Les ateliers occupent une superficie de 40.000 m2 et environ 200 ouvriers sont employés dans l'entreprise Dès 1857, des efforts de modernisation seront décidés notamment avec l'installation de fours à réverbères. Après s'être rendu à Paris où, lors d'une communication faite le 24 août 1860 lors d'une séance du Conseil supérieur de l'agriculture, du commerce et de l'industrie, il présente son entreprise et ses réalisations, Jean Bichon alors âgé de 75 ans rentre à Lormont. Il décède à Lormont le 16 août 1861 soit juste un après son voyage dans la capitale. Son épouse née Catherine-Thérèse Chaigneau décédera juste un an plus tard, le 16 août 1862 à l'âge de 77 ans. La direction des chantiers Bichon Frères sera alors assurée à partir de 1861, conjointement par les deux fils déjà activement impliqués dans l'affaire familiale depuis plusieurs années, à savoir Gustave-Dominique âge do 50 ans, né le 29 septembre 1811 et Arnaud-Frédéric, 47 ans, né le 15 septembre 1814. Hervé Guichoux

Navires militaires construits

Navires civils construits connus nom construit type tonnage armateur

Navires civils connus construits par Bichon seul (1852-1882)

nom      construit type tonnage armateur
construit   type   tonnage   ECLAIREUR   1833   corvette à roues     BASTIA   1842   vapeur à roues postal   493 tx   AUSTRALIE   1843   Corvette à roues , aviso à roues   800 tx   PINGOUIN   1844   aviso de flotille    161 t x   ANTILOPE   1844   Aviso à roues, paquebot - poste   290 t x   IRIS   1846   goélette     MOSELLE   1847   transport à voiles, corvette de charge , gabare    1378 t x   GORGONE   1848   corvette à roues   990 t x   LYNX   1848   brick garde - côtes, brick aviso de 2e classe     ZEPHYR   1848   brick - aviso, garde - côtes   300 t x   EUMENIDE   1848   corvette de 2e classe à roues   1026 tx    SENTINELLE   1849   corvette à hélice, corvette aviso   457 t x   HERCULE   1859   remorqueur     PERLE   1860   goélette   245 t x   TANCREDE   1861   aviso de 2ème classe     VIGIE   1861   aviso de flottille   240 t x   TOPAZE   1870   goélette   238 t x   LIONNE   1874   canonnière   268   tx   KERVALLON   1880   bugalet     PORT SAID   1881   bugalet     FOURAS   1881   citerne à eau     AKBA   1883   Citerne à vapeur   250 t x GARONNE 1818-33 vapeur à roues 82 tx Church, Bourgade & Brassens, puis SOCIETE DES QUATRE BATEAUX MARIE THERESE 1819-1827 vapeur à roues 75 tpl Cie à vapeur du bas de la Rivière GIRONDE 1820-33 vapeur, puis navire auxiliaire 600 tx Bordeaux-Océan BORDELAIS 1828+ vapeur à roues 190 tx, 82 tpl Cie à vapeur du bas de la Rivière DUC DE BORDEAUX 1828-1830 vapeur à roues 90 tpl Cie à vapeur du bas de la Rivière COURRIER DE MARMANDE 1828-35 vapeur à roues   Compagnie Bordelaise de Navigation OMNIBUS 1830 vapeur à roues   Compagnie Bordelaise GIRONDE 1830-35 vapeur à roues 80 tpl Cie à vapeur du bas de la Rivière INDUSTRIE 1832 vapeur à roues   Compagnie Bordelaise GARONNE 1833 paquebot à vapeur 300 tpl MERCURE 1835 chalutier à vapeur ENTREPRISE 1835 vapeur 80 tpl Cie à vapeur du bas de la Rivière VILLE DE ROYAN 1835 vapeur à roues 79 tpl Cie à vapeur du bas de la Rivière VILLE DE BLAYE 1836+ vapeur 77 tpl Cie à vapeur du bas de la Rivière TURBOT 1836-58+ navire de pêche à aubes 86 tx Allègre (Arcachon) EMMA ET MATHILDE 1844 clipper 400 t BORDELAIS 1845 vapeur à roues   Bas de la Rivière BICHE 1846 navire IRIS 1846 goélette MARTINIQUAISE 1846 goélette LEVAILLANT 1847-59 3 mâts 443 tjb Burgain & Batala LE QUELLEC 1847-68+ trois mâts barque 433 tjb Bordes (1847-63) - Maurel & Prom (1863-?) VALPARAISO 1848-68+ trois-mâts 600 tpl, 475 tjb Le Quellec (1849-69 - Bordes (1869-76) LORMONT 1851-68+ trois-mâts 1000 t, 500 tjb Dandicolle et Gaudin JESSORE 1852-59+ trois-mâts 800 tx, 532 tjb Baour & Cie ECLAIR 1853 clipper trois 900/950 t PERIGNY 1853-59 trois-mâts 800 t, 467 tjb A. Grangier JOACHIM 1853-59+ 3 mâts 800/1000 tx, 497 tjb Blanchy frères & Cie METEORE 1853-68+ trois-mâts barque 700 tx, 430 tjb Debotas, Daval & Cie HAMBOURG 1853-69+ trois-mâts barque 700 tex, 427 tjb Schröder & Cie BENARES 1854 3 mâts 1000 t, 698 tjb Rabaud, Marseille CANTON 1854-1868+ 3 mâts baqrue 700/800 t, 534 tjb Pélau jeune - P. Desse GEORGES DE COURSON 1854-59+ trois-mâts 800 tx, 425 tjb J. Bazin de Jessey ATLANTIQUE 1855 vers trois-mâts 545 tx ANDRE 1855-66+ 3 mâts 460 tjb, 950 tx J. Civrac & Cie NANCY 1856-68+ trois mâts 800 t, 697 tjb Sensine & Chalès LUZITANO 1857-59+ trois-mâts 800 t, 654 tjb J.E. Vieira - Bento & Vieira DENIS 1863 clipper trois mâts SAUVEGARDE 1863-68+ trois mâts 700 t, 526 tjb John Ransom CHARLOTTE 1863-68+ trois mâts barque 700t, 472 tjb H. Sempe &Cie OCEAN 1865 trois-mâts barque 578 t Tandonnet (1881) HONG KONG 1865-68+ trois mâts barque 700 tx, 460 tjb ROSE 1867 3 mâts barque 348 tjb J.-A. Delmas et A Laporte - E. Leroy TURGOT 1868 trois-mâts barque 549 t E. Cousteau AUGUSTIN EDWARDS 1873-1911 trois mâts 1500 tpl, 1109 tx Bordes BERNARDINO BRAVO 1874-90 trois mâts 1610 tpl, Bordes HAVRE 1875  trois mâts barque 639 tx, 1050 tpl Bordes LE HAVRE 1875 trois mâts barque 1050 t Bordes CENTRE AMERIQUE 1876-90 trois mâts barque 920 tpl, 633 tx Bordes UNION 1886-1930 vapeur à passagers 86 tjb Bordeaux-Océan ANTONIA 1859-69 trois-mâts 1646 tjb, 2800 tpl Le Quelles & Bordes JEANNE 1857-68+ 3 mâts 600 tx, 350 tjb A. Lopez ANITA 1856-58 clipper, trois-mâts carré 911 tx, 1500 tpl Le Quellec & Bordes, Bordeaux PERSEVERANCE 1855-77 trois mâts barque 1000 tpl, 709 tjb Le Quellec & Bordes, puis Bordes DAVID 1857-68+ trois mâts 727 tjb, 600 tx Pereyra J. Civrac - St Ange, Richon & Cie
Bordeaux Aquitaine Marine - (c) tous droits réservés 2012-2018 - Alain Clouet - contact : dossiersmarine@free.fr