Bordeaux Aquitaine Marine

Liste des naufrages sur les côtes d’Aquitaine

voir aussi les renflouements sur la Gironde après 1945 (page histoire).

mars 1719 - ELISABETH

Navire basé à Bordeaux.  Au départ de son port d'attache pour Saint Domingue (Antilles) se perdit sur les rochers du Platin, face à Saint Palais (Aquitaine).

22 mars 1737 - 3 mâts franc CHRISTIAN

En voyage de Hambourg (Allemagne) vers Bordeaux (France) chargé de bois, s'échoua près de Royan poussé par le courant en l'absence de vent.

20 sept. 1740 - ATLAS

 Au retour d'un voyage à Saint-Domingue, chargé de sucre, d’indigo et autres marchandises, l’Atlas (280 tx), après s’être ancré à Belle-Île, dut chercher un meilleur mouillage sur le continent et talonna les roches de Méhan, perdant 17 marins et 7 passagers.

1764 - COQUETTE

En provenance de Cap Français, Saint Domingue (aujourd'Hui cap Haïtien, Haïti) pour Bordeaux´(Aquitaine, France), s'échoua près de son port de destination dans l'estuaire de la Gironde à l'entrée du fleuve Garonne.

24-5-1777 - CONCORDE

Navire basé à Bordeaux (Aquitaine, France). En route de Saint Domingue vers son port d'attache chargé de produits coloniaux, s'échoua devant La Rochelle (Poitou-Charentes).

22 août 1796 - frégate ANDROMAQUE

L’Andromaque fut victime d'une voie d'eau alors qu'elle croisait au sein d'une division dans le golfe de Gascogne, elle dut se détacher de la flotte et fut prise en chasse par la frégate HMS Galatea et s'échoua entre Arcachon et Biscarosse. Les anglais capturèrent les officiers et brûlèrent le navire (20 noyés, 5 prisonniers).

8 nov. 1859  - 3 mâts MAYFLOWER

Navire construit à Bath, Maine (USA) et appartenant à un armateur de cette ville, d'où il partit en direction de Bordeaux chargé de tabac. Pris dans la tempête, il fit naufrage près de la pointe de Grave, golfe de Gascogne (France), sans faire de victimes.

19 janv. 1860 - brick ARIANE

En route de Bordeaux (région Aquitaine, France) vers Saint Malo, s'échoua et se perdit face à Royan (Cpt Chouin)

20 nov.1860 - 3 mâts franc CHAMBERY

Sombre à l'embouchure de la Gironde, poussé par une tempête, en route pour Guayaquil (Equateur). (Cpt Lubis, armement bordelais)

fév. 1870 - brick Aline EMMA

«Courrier de la Rochelle (février 1870)» «Jeudi, l'administration de la marine à La Rochelle recevait une dépêche de l'inscription maritime à Royan, annonçant que le brick Aline Emma était abandonné, sur ses ancres, dans les parages de Maumusson. Ce navire, commandé par le capitaine au long-cours Michel, du Havre, venant de Tampico, allant à Bordeaux, avait été aperçu, mardi dernier, par une très-grosse mer, avec son pavillon en berne, au-milieu des bancs de l'entrée de la Gironde. Au flot, il avait eu une chaîne cassée et il avait chassé sur ses ancres, jusqu'auprès de la dangereuse côte d'Avert, dans les brisants de laquelle l'équipage a eu à passer une cruelle nuit, perché dans la mâture, et sans qu'il fût possible de lui porter secours. Cependant le lendemain matin, malgré une houle énorme, le pilote Chagnollo, de Pauillac, est parvenu à recueillir dans sa barque et à conduire à Royan cet équipage composé de dix hommes impuissants à. appareiller le navire. Quelques heures plus tard, le vapeur la Suzanne, capitaine Patoizeau, apercevant un bâtiment en dérive vers les bancs et les brisans, cacatois en croix, et sans personne à bord, parvenait non sans danger  le prendre à la remorque et le mettait en sûreté dans notre port,

5 mai 1895 - 3 mâts barque DANUBE

En route de Bordeaux vers Dakar, fut heurté par le vapeur anglais Woodlands dans le golfe de Gascogne à 120 milles de Cordouan et coula en emportant 5 marins.(Cpt Roux)

3 avr. 1897 - brick EMILE

Navire se rendant de son port d'attache Bordeaux vers Cayenne. Il subit une avarie à la barre de la rivière Adour et dut être remorqué vers Saint Jean de Luz (Aquitaine) par le vapeur Boucau qui recueillit l'équipage. Le câble de remorque ayant cassé, il fut drossé sur des rochers et se fracassa (pas de victimes). 17 déc. 1908 - chalutier MARSOUIN Ce chalutier en fer coule à 30 milles des passes d’Arcachon.

22-1-1917 - vapeur STENIMACHOS

Ce navire grec de 1175 t, venant d’Alger, est torpillé par le sous-marin allemand UC-21 au large du phare de la Coubre. Pas de victimes

5 févr. 1917 - chalutier YVONNE

Chalutier appartenant Numa Luyy (Aracchon), canonné et coulé par le sous- marin allemand UB-39 à 20 milles dans l’Ouest d’Arcachon.

22 avril 1917 - 4 mâts barque VALERIE

En route de Bordeaux à St Thomas sur ballast, coulé au canon par le sous- marin allemand UC-21 à 30 milles à l’Ouest de Cordouan. Pas de victimes

14 oct. 1919 - goélette BLANCHE

Navire qui coula suite à une voie d'eau alors qu'il était remorqué par le vapeur anglais Marie-Therese de Bayonne à Bordeaux.

11 janv. 1920 - paquebot AFRIQUE

cf page « le drame de l’Arique»

18 jan. 1923 - pilotine CYCLONE

«Le bateau de la station de pilotage de Royan, Cyclone, et le paquebot Ville de Marseille, de la compagnie Havraise, sont entrés en collision, vendredi soir, au large des passes de la Gironde. Le Cyclone a coulé par 5 à 6 mètres de fond, devant Royan, sur le banc Saint-Georges. L'équipage, composé de 20 hommes et quelques pilotes, sont sauvés et recueillis par la Ville de Marseille. C'est en manoeuvrant pour accoster le paquebot que le Cyclone ayant sa drosse rompue, est venu tomber sur l'étrave de la Ville de Marseille, se faisant une longue déchirure sous la ligne de flottaison par le travers de la chaufferie. La Ville de Marseille, qui faisait route sur Marseille, a subi de légères avaries à l'avant. Il remonte à Bordeaux pour se faire réparer. Le Cyclone était affecté depuis deux ans au service du pilotage et sauvetage, à l'embouchure de la Gironde.».

22 sept. 1924 - sardinier CLAIRE VICTORIA

Sombra par grosse mer dans la passe du bassin de ce port. 6 marins perdirent la vie

1927 - chalutier ALPHA

Chalutier basé à Arcachon qui fit naufrage près de ce port.

25 déc. 1933 - cargo AQUITAINE

En route de Nantes à Bordeaux (Aquitaine) chargé de charbon, s'est échoué près de la Coubre, estuaire de la Gironde, sans espoir de renflouement. Il n'y eut pas de victimes.

19 juin 1940 - transport de troupes MEXIQUE

Le navire arrivait à Bordeaux pour embarquer les parlementaires français à destination de l'Afrique du Nord après l'armistice avec l'Allemagne quand il heurta une mine magnétique devant le Verdon. Pas de victimes.

1944 - bateau soupe OSIRIS

Construit par la société Dyle et Bacalan, l'Osiris était à l'origine un bateau refuge, construit pour accueillir les pauvres et indigents. Il était amarré dans la Garonne, quai Sainte Croix, face à la porte de la Monnaie. Les troupes d'occupation le réquisitionnent pour l'installation d'un poste de défense anti-aérienne (DCA). Il sera remorqué et coulé à Pauillac en 1944. Il est encore possible d'apercevoir ses superstructures à marée basse, à certaines époques de l'année.

14 janv. 1955 - chalutier ROCHE VELEN

Au mouillage depuis 1951, coule dans le Bassin d’Arcachon, probablement volontairement.

26 déc. 1960 -  transport à voiles MUNDAQUEZ

Navire basé à Bilbao (Espagne) se rendant à Bordeaux (France) pour charger des marchandises à destination de La Havane, s'est échoué et perdu près de la pointe de la Coubre, golfe de Gascogne.

févr. 1968 - chalutier DAME DE COEUR

Le chalutier La Dame de Coeur disparaît dans les passes d’Arcachon.
Bordeaux Aquitaine Marine - (c) tous droits réservés 2012-2018 - Alain Clouet - contact : dossiersmarine@free.fr