Bordeaux Aquitaine Marine

A - C

Baste (Pierre, comte -)  (extrait de P. Levot & Doneaud A. - Les gloires maritimes de la France – Arthus Bertrand,Paris, 1866) Contre-amiral, né à Bordeaux, le 21 novembre 1768, de parents pauvres, entra à l'âge de 13 ans dans la marine marchande, la quitta en 1793 pour prendre du service sur les bâtiments de l'État, à titre d'enseigne auxiliaire, et nommé capitaine au long cours l'année suivante, commanda à Saint- Domingue la goélette l'Hirondelle, puis le brick le Jacobin, avec lequel il explora les côtes de la Nouvelle-Angleterre. En 1795, il se distingua aux combats des 5 messidor an III et 2 frimaire an IV, et commanda la demi-galère la Voltigeuse, qui faisait partie de la flottille du lac de Garde. Il passa de là à Mantoue, et, après y avoir soutenu avec honneur divers combats, il fut mis a la tête de la flottille qui rendit de si grands services pendant le siège de cette ville. Enseigne depuis le 21 mars 1796, il commanda comme lieutenant provisoire le brick la Mérope au siège de Malte, et se trouva, le 16 thermidor an VI, au combat d'Aboukir. Chargé, en floréal an VIII, de porter des dépêches au gouverneur de Malte, bloqué par les Anglais, il accomplit sa mission. Revenu dans l'île quelque temps après, il prit part à la belle défense des Français. Lieutenant de vaisseau, en mai 1800, il partit pour la désastreuse expédition de Saint- Domingue, dont il avait prévu l'issue, et où, à deux reprises, il fut sur le point de périr; la première fois, dans l'incendie du Cap ; la seconde fois, de la fièvre jaune. Capitaine de frégate à son retour, et commandant le troisième équipage du bataillon des marins de la garde, il se distingua au bombardement du Havre, en 1805, où, commandant la canonnière la Boulonaise, il força à la retraite un cutter et brick anglais. Détaché ensuite à Ostende, sous les ordres du contre-amiral Magon, il activa les armements de ce port, puis se distingua dans plusieurs affaires devant Calais et Boulogne. Emmené par Napoléon en Autriche, en 1806, il rendit à l'armée de grands services sur le Danube, au pont de Vienne et à l'île Lobau. Dans la campagne de Prusse, en 1507, il équipa à Dantzick une flottille pour faciliter les opérations du siège de Pillau, et enleva un convoi de 42 voiles qui apportait des vivres à l'ennemi. L'année suivante, en Espagne, à la tête de 1200 hommes, il conserva intactes vingt lieues de terrain, et s'empara de vive force de Jaon. Élevé en 1809 au grade de colonel des marins de la garde, il arma sur le Danube une flottille, qui prit l'île de Mulheisen. Puis il revint en Espagne, et y prit encore Almanza. Napoléon le nomma comte de l'Empire la même année, contre-amiral en 1811, général de brigade en 1813. C'est en cette qualité qu'il participa à la campagne de France. Il n'en vit pas la fin, étant mort en février 1814, des suites d'une blessure reçue au combat de Brienne. (Moniteur universel du 22 février 1814). Cleirac  (Bordeaux, 1583 - ?) Avocat, auteur de recherches sur la marine, le droit maritime et les monnaies. Son livre "Us et coutumes de la mer" reste une référence de nos jours. On ne connaît pratiquement rien de sa vie
Bordeaux Aquitaine Marine - (c) tous droits réservés 2012-2017 - Alain Clouet - contact : dossiersmarine@free.fr