Bordeaux Aquitaine Marine

L’estuaire au 19e siècle

sur cette page : 1. Pauillac : un débarcadère en 1838 - 2. Beychevelle : un débarcadère en 1844 - 3. Beychevelle : activité en 1894

1. Pauillac : un débarcadère en 1838

extrait de : Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements et avis du Conseil d'Etat - par Jean Baptiste Henri Duvergier - Paris,

Bousquet, 1857 ; T37, p449.

8 janvier 1838.—Ordonnance du Roi qui autorise rétablissement d'un débarcadère en charpente au port de Pauillac (Gironde). (IX, Bull. DL, n° 723o

) Louis-Philippe, etc., sur le rapport de notre ministre secrétaire d'Etat au département des travaux publics, de l'agriculture et du commerce ; vu la

demande des sieurs Chaigneau , Fabre de Rieunègre, David Brown et autres propriétaires, tendant à obtenir l'autorisation de construire , sur la rive

gauche de la Gironde, au port de Pauillac, un débarcadère en charpente pour le service des bateaux à vapeur, moyennant un droit de quinze

centimes, qui serait perçu par voyageur pendant un certain nombre d'années, pour les rembourser de la dépense de premier établissement et

d'entretien de ce débarcadère ; les plans des travaux et le détail estimatif, montant à vingt-six mille cinquante sept francs ; la réclamation des

pilotes lamaneurs et des capitaines au long cours de Pauillac, au sujet de l'emplacement proposé pour le débarcadère ; le procès-verbal d'une

commission d'enquête, en date du 11 octobre 1835 ; la délibération du conseil municipal de Pauillac, du 15 du même mois ; l'avis de la chambre de

commerce de Bordeaux , du 28 novembre 1835 ; les observations présentées par les pétitionnaires les 28 août 1835 et 16 janvier 1836 ; les

rapports des ingénieurs des ponts-et-chaussées, en date des 16 et a 23 décembre 1835, 16 et 18 février 1836 ; les avis du sous - préfet de

l'arrondissement de Lesparre des 8 juillet et 18 novembre 1835 ; l'arrêté du préfet de la Gironde en date du 3 mars 1836, et la lettre de ce magistrat

du même jour ; le procès-verbal d'une seconde commission d'enquête, en date du 10 février 1837, et la lettre du président de cette commission en

date du 16 du même mois ; l'avis du sous-préfet de Blaye en date du 21 février 1837 ; la lettre du préfet de la Gironde du 28 février 18377 ; les

rapports de l'inspecteur divisionnaire des ponts-et-chaussées, et les avis du conseil général des ponts-et-chaussées, des 15 juillet et 16 mai 1837 ; le

cahier de charges de la concession proposée ; l'article 17 de la loi du budget des recettes, en date du 2o juillet 1837, qui autorise l'établissement de

droits de péage pour concourir à la construction ou à la réparation des ponts, écluses ou ouvrages d'art à la charge de l'Etat, des département ou

des communes ; notre Conseil d'Etat entendu, etc.

Art. 1. Il sera procédé , par voie de publicité et de concurrence, et conformément aux clauses et conditions du cahier des charges ci-annexé, à

l'adjudication de l'établissement d'un débarcadère en charpente au port de Pauillac (Gironde), en face de la rue Basquoit, dans une direction

parallèle au peyroit(1) qui existe en cet endroit. L'adjudication sera passée au rabais du temps de la jouissance du péage, dont le maximum est fixé

à quarante années.

2. Sont exempts du péage,les préfet, sous-préfet et conseillers de préfecture en tournée dans le département ; les maires, juges-de-paix, ingénieurs

et conducteurs des ponts-et-chaussées, les employés de la navigation et ceux des contributions directes, indirectes et des douanes, les agents de

l'administration forestière et la gendarmerie, dans l'exercice de leurs fonctions ; les sous-officiers et soldats , à charge par eux d'exhiber une feuille

de route ; les gardes nationaux, à charge de représenter un ordre de service ; les facteurs ruraux et les gardes champêtres.

3. L'adjudication sera soumise à l'approbation de notre ministre secrétaire d'État des travaux publies, de l'agriculture et du commerce. 4. Notre

ministre des travaux publics, de l'agriculture et du commerce (M. Martin, du Nord), est chargé , etc.

(1) Un lecteur pourrait-il nous éclairer sur le mot "peyroit"  (peut-être perré ?)

2. Beychevelle : un débarcadère en 1844

extrait des archives historiques de la Gironde, T6 - Ordonnance du Roi (23 novembre 1844) Louis-Philippe, etc.

Construction d'un débarcadère en charpente sur la rive gauche de la Gironde, au port de Beychevelle, commune de Saint-Julien  (Gironde), pour le

service des bateaux à vapeur.

Art. 1. Il sera procédé, par voie de publicité et de concurrence, moyennant une subvention de 20 000 fr. et la concession d'un péage, dont la durée

ne pourra excéder 4o ans, à l'adjudication des travaux à exécuter pour la construction d'un débarcadère au port de Beychevelle (Gironde), pour le

service des bateaux à vapeur.  Le rabais à consentir par les concurrents devra porter sur la durée de la jouissance du péage dont la quotité est fixée

par le tarif ci-annexé. L'adjudicataire devra se conformer aux clauses et conditions du cahier des charges ci-annexé. L'adjudication sera soumise à

l'approbation de notre ministre des travaux publics.

Art. 2. TARIF Par voyageur, y compris les bagages. : 0.25 fr

3. Beychevelle : activité du port de 1894 à 1898

 

 

Bordeaux Aquitaine Marine - (c) tous droits réservés 2012-2018 - Alain Clouet - contact : dossiersmarine@free.fr