Bordeaux Aquitaine Marine

Biographies E - G

Gassies, Jean - De Gourgues, Dominique

GASSIES, Jean - (extrait de LAMOTHE (Léonce de -)  (Bordeaux, 25-10-1786 - Paris, 12-10-1832) - Notes pour servir à la biographie des hommes utiles ou

célèbres de la ville de Bordeaux - Amsterdam, 1873) 

Avant de se livrer à la peinture, qui a rendu son nom célèbre, Gassies avait servi dans la marine; il fut fait prisonnier, et passa plusieurs années sur les pontons anglais. Plus tard, il fut rejoindre Louis XVIII à Gand. Mais déjà son goût pour la peinture s'était manifesté; il étudia cet art à Bordeaux sous Lacour père, et à Paris dans les ateliers de Vincent et de David. En 1810, il exposa au Salon do Paris Homère abandonné sur un rivage par des pêcheurs. En 1811, il obtint le premier prix décerné à Bruxelles par la Société des beaux-arts, pour son tableau : Agar renvoyée par Abraham, resté au musée de cette ville. Il est peu d'expositions qui n'aient présenté quelques tableaux de cet artiste, toujours remarqués. Un des plus célèbres représente un Bivouac de la garde nationale dans la cour du Louvre. Il fut exposé en 1831, et se trouvait en 1848 dans le cabinet du roi, aux Tuileries. La plupart des figures sont des artistes alors vivants; l'auteur s'y est représenté. On voit des toiles de Gassies au Louvre, à Versailles; un assez grand nombre ont passé en Hollande; plusieurs ont été détruites dans le sac du palais de Neuilly, en février 1848. Indépendamment de la peinture historique, Gassies s'est exercé dans le genre et le paysage; mais c'est surtout comme peintre d'intérieur et de marine qu'il a eu ses plus beaux succès. Il a laissé un grand nombre de dessins, de scènes de la vie maritime, qu'il dramatisait avec un grand bonheur. Le musée de Bordeaux ne possède de ce peintre qu'un portrait de Louis XVIII.

DE GOURGUES, Dominique  - extrait de la Revue d'Aquitaine, T5, 1861.

De Gourgues est un émule et un compatriote de Prégent de Bidoulx. Issu d'une famille féconde en magistrats éminents qui honorèrent les parlements de Bordeaux et de Paris, le gentilhomme qui va faire le sujet de cette notice eut pour berceau Mont- de- Marsan. En apprenant que les Huguenots avaient fondé un établissement dans la Floride, Pedro Melendez de Avilès, capitaine espagnol, reçut de Philippe Il mission d'aller exterminer ces colons hérétiques. Le farouche lieutenant du monarque catholique exécuta littéralement les volontés de son maître, et après la surprise du fort St-Jean, la colonie se trouvant sans défense, tous les protestants furent pendus ou passés au fil de l'épée; quelques-uns seulement tels que Laudonnière, Challus et Le Moine échappèrent au massacre. De Gourgues frémit d'horreur à la nouvelle de celte tuerie et il jura de venger ses coreligionnaires. "Le gouvernement français, dit M. Lorain dans son "Origine et Fondation des Etats-Unis", se montra insensible à l'outrage qu'il avait reçu dans les siens, et ne fit pas même une remontrance au sujet de la ruine d'une colonie qui, à l'ombre de sa protection, lui eût peut-être donné dans le nouveau continent un empire florissant, avant que l'Angleterre y possédât la moindre parcelle de territoire. Les Huguenots et la nation française ne partagèrent pas l'insouciance de la cour. Dominique de Gourgues, brave soldat de Gascogne, dont la vie n'avait été qu'une suite d'aventures étranges, tantôt employé dans l'armée française contre l'Espagne, tantôt prisonnier des Espagnols et leur esclave sur les galères, puis pris par les Turcs avec le vaisseau dans lequel il servait la chiourme, et racheté par le commandeur de Malte, se sentait dévoré du désir de venger à la fois ses souffrances passées et la honte de son pays". De Gourgues, en effet, favorisé par Montluc, alors gouverneur de Guienne, aliéna ses biens et fit un appel à la libéralité de ses amis. Avec ces ressources il put équiper trois bâtiments, il mit à la voile le 2 août 1567. Son équipage se composait de 150 arquebusiers et de quatre-vingts matelots qui pouvaient être convertis en soldats. Son départ fut contrarié par des tempêtes, et ce ne fut qu'après bien des périls qu'il parvint à doubler le cap Finistère. Un de ses vaisseaux se perdit en mer; il ne le retrouva qu'au rendez-vous qui était la côte barbaresque. De là, il cingla vers l'Amérique. Les vents ennemis retardèrent sa marche en l'obligeant à mouiller à la Dominique, à Porto-Rico, à St Domingue et enfin à l'île de Cuba. Il relate dans son journal que les Espagnols s'opposèrent à son approvisionnement d'eau et qu'il l'opéra malgré leur résistance. Ce fut dans cette dernière station qu'il fit part à ses hommes du but de son expédition. Sa communication fut accueillie avec enthousiasme. Ces bonnes dispositions furent encore accrues par une harangue patriotique. La flottille se présenta dans le canal de Bahama, et reçut par méprise les saluts de l'artillerie du fort. Le commandant espagnol avait cru que ce pavillon était celui de sa nation. Nos braves Français l'avaient en effet arboré. Leur audacieux capitaine Landais profita de celte confusion, il parut poursuivre sa route, mais la nuit venue il jeta ses hommes au pied de la forteresse. Les indigènes, qui n'avaient jamais cessé d'aimer les Français pour le bon traitement qu'ils en avaient reçus, furent ses pourvoyeurs de vivres. Ils lui donnèrent des informations et lui fournirent des guides. L'attaque furieuse du gentilhomme gascon le rendit tout d'abord maître d'un fort. La garnison ayant tenté une évasion fut égorgée. On trouva à l'intérieur du fort trois canons et une couleuvrine marquée tout au long des armoiries du feu roi, ce qui émut les vainqueurs jusqu'aux larmes. Ces pièces furent employées au bombardement des deux forts qui tenaient encore. Le premier fut pris la veille du dimanche de Quasimodo (1568). Le second fut enlevé le lendemain. L'imprudence d'un Indien ayant allumé la poudrière, la citadelle sauta. L'artillerie qui avait été quelques instants avant transbordée sur la flottille fut sauvegardée. De Gourgues voulut que les représailles fussent complètes. Les soldats espagnols faits prisonniers furent conduits à St-Augustin, sur le théâtre même du massacre de nos compatriotes dont les cadavres, après l'étranglement, avaient été profanés par un écriteau ironique : pendus, non comme Français, mais comme hérétiques. De Gourgues fit attacher ses ennemis captifs aux arbres où les nôtres avaient été suppliciés et leur appliqua une inscription analogue : non comme Espagnols, mais comme assassins. Trop faible pour se maintenir dans sa conquête, de Gourgues retourna en Europe. Il s'était embarqué au milieu des bénédictions des sauvages qui lui firent promettre de revenir bientôt. Il entra dans le port de La Rochelle, le 6 juin 1568, après une traversée qui fut une épreuve terrible, puisqu'il manqua de vivres. Il fut reçu avec enthousiasme par la population rochelaise.  La cour désavoua son entreprise. Il avait sacrifié sa fortune à son patriotisme, et il fut récompensé par la disgrâce et l'ingratitude. On la poussa jusqu'à consentir à livrer sa tête à l'ambassadeur d'Espagne qui la réclamait, mais l'héroïque Landais sut la dérober aux poursuites en s'abritant dans les marais de son pays; il put, au bout de quelque temps, sans péril, reparaître au grand jour. La réputation de sa valeur et de son mérite étaient parvenus jusqu'à la reine Elisabeth, qui le mit à la tête de la flotte qu'elle envoyait au secours de don Antonio, prieur de Crato et compétiteur au trône de Portugal. De Gourgues se rendait en Angleterre lorsque la mort le surprit.
Bordeaux Aquitaine Marine - (c) tous droits réservés 2012-2018 - Alain Clouet - contact : dossiersmarine@free.fr