Bordeaux Aquitaine Marine

Biographies  D

Desse - Du Bouzet - Du Bourdieu - Ducasse - Ducos

DESSE, Pierre

- (Pauillac, 31-8-1765 - Lormont, 28-6-1839)

-   extrait   du   livre   de   Léonce   de   LAMOTHE   :   "Notes   pour   servir   à   la   biographie   des   hommes   utiles   ou   célèbres   de   la   ville   de   Bordeaux – Amsterdam, 1873". Marin   au   service   de   l'État;   enseigne,   puis   lieutenant   de   vaisseau;   délégué   par   la   République   française   au   Sénégal   pour   pacifier   la colonie,   revient   chargé   de   dons   patriotiques;   mis   en   jugement   à   son   retour   à   Bordeaux,   et   bientôt   après   libéré   et   félicité   par   les autorités,   qui   déclarent   qu'il   a   mérité   l'accolade   fraternelle.   Bientôt   après,   chargé   du   commandement   d'une   frégate,   il   tombe   au pouvoir des Anglais. Vers   les   premières   années   de   l'Empire,   commande   le   corsaire   de   Bordeaux,   l'Incroyable;   prisonnier   une   deuxième   fois   sur   parole, en   Angleterre;   peu   après   mis   en   liberté   pour   avoir   sauvé,   dans   une   inondation,   une   femme   que   les   flots   allaient   engloutir.   Il   était dans   la   marine   marchande   et   se   trouvait   aux   États-Unis,   lorsque   éclata   la   guerre   de   l'Indépendance,   dans   laquelle   il   servit   sous Lafayette. Rentré en France en 1818, il fait de nouveaux voyages pour le commerce. En   juillet   1822,   faisant   la   traversée   de   Bordeaux   à   l'île   Bourbon,   va   au   secours   du   navire   le   Columbus,   dans   un   état   de   détresse extrême,   et   parvient,   malgré   la   violence   de   la   tempête,   après   six   jours   d'intrépides   efforts,   et   au   péril   du   brick   la   Julia   qu'il commandait,   à   transborder   l'équipage   du   Columbus   et   un   corps   de   troupes   des   Pays-Bas   qui   était   sur   ce   navire.   Rentré   ensuite   au service   de   l'Etat,   il   reçut   le   commandement   de   la   corvette   la   Truite,   puis   de   la   corvette   la   Robuste,   jusqu'à   la   prise   d'Alger;   nommé ensuite   par   l'amiral   Duperré,   en   1830,   lieutenant   de   port   de   première   classe   à   Bordeaux,   fonctions   qu'il   a   remplies   jusqu'à   sa mort; il avait navigué pendant cinquante ans sans avoir jamais fait naufrage.  Cette   longue   et   méritoire   carrière   suffirait   sans   doute   pour   faire   donner   ici   à   Pierre   Desse   une   place   d'honneur;   mais   le   sauvetage du   navire   hollandais   le   Columbus   a   rendu   son   nom   célèbre   dans   les   annales   de   la   marine;   les   journaux   de   l'époque   donnèrent,   en effet,   un   grand   retentissement   à   cette   action   héroïque.   Le   capitaine   du   Columbus   et   le   commandant   du   détachement   hollandais qui   était   à   son   bord,   lui   exprimèrent   publiquement   leur   reconnaissance   dans   une   lettre   du   22   août   1822:   «   C'est   ainsi   qu'arrêté pendant   six   jours   au   milieu   de   dangers   affreux,   dont   la   seule   générosité   lui   défendait   de   sortir,   méprisant   ses   intérêts   les   plus chers,   le   soin   de   sa   propre   conservation,   le   capitaine   Desse   parvient   à   arracher   à   la   mort   quatre-vingt-onze   hommes,   qui   n'étaient point ses amis, qui n'étaient pas ses compatriotes ». «   Interprète   des   sentiments   de   mon   équipage   et   de   mes   passagers,   comme   M.   Gerlings   l'est   des   troupes   qui   l'accompagnaient, nous   vous   prions,   monsieur   le   rédacteur,   d'inscrire   dans   la   gazette   dont   vous   êtes   éditeur,   la   relation   de   nos   malheurs,   comme l'expression du sentiment profond de notre reconnaissance pour le brave capitaine de la Julia ». Puisse   le   nom   de   ce   héros   de   l'humanité   se   graver   dans   la   mémoire   de   ceux   qui   liront   cette   lettre   aussi   profondément   qu'il   l'est dans   nos   cœurs!   Puisse   ce   nom,   bientôt   exposé   à   l'admiration   de   la   France   et   de   la   Hollande,   rappeler   à   tous   l'honneur   et   le modèle    des    marins    de    toutes    les    nations.    »    22    août    1822.    —    J.    Greveling,    capitaine    du    Columbus;    Gerlings,    lieutenant, commandant   le   détachement   à   bord   du   Columbus.   »   Desse   reçut   les   décorations   française   et   hollandaise   ;   le   ministre   de   la   marine commanda   au   peintre   Théodore   Gudin   une   toile   représentant   les   deux   navires,   la   Julia   et   le   Columbus,   et   ce   tableau,   donné   par   le gouvernement   à   la   ville   de   Bordeaux,   orne   aujourd'hui   son   Musée   public.   La   Chambre   de   commerce   de   cette   ville   fit   frapper   à   la Monnaie de Paris une médaille en or, grand module, qui porte l'inscription suivante: LA    CHAMBRE    DE    COMMERCE    DE    BORDEAUX    A    PIERRE DESSE, CAPITAINE DU BRICK FRANÇAIS LA JULIA. LE   CAPITAINE   ET   L'ÉQUIPAGE   DE   LA   JULIA,   AUX   RISQUES DE      LEUR      VIE,      ONT      SAUVÉ      QUATRE-VINGT-      ONZE PERSONNES   PRÈS   DE   PÉRIR,   SUR   LE   NAVIRE   HOLLANDAIS LE COLOMBUS , LE 13 JUILLET 1822. Le Columbus secouru par la Julia (peinture de Théodore Gudin- Musée des Beaux-Arts de Bordeaux - DR)

DU BOURDIEU (Bernard)

— (extrait de P. Levot & A. Doneaud - Les gloires maritimes de la France –Arthus Bertrand,Paris, 1866). Capitaine   de   vaisseau,   né   à   Bayonne,   le   28   avril   1773,   débuta   dans   la   marine   du   commerce,   à   l'âge   de   16   ans,   puis   passa   au   service de   l'état   comme   timonier,   en   1792,   et   obtint,   quatre   ans   après,   le   grade   d'enseigne,   en   récompense   d'un   hardi   coup   de   main   qui valut   à   la   France   la   prise   d'un   bâtiment   anglais   dans   la   rade   de   Gibraltar.   Blessé   et   fait   prisonnier,   l'année   suivante   (1797),   dans   le combat   de   la   corvette   la   Gaieté   contre   la   frégate   anglaise   l'Aréthuse,   il   fut,   à   son   retour   d'Angleterre,   en   1799,   embarqué   sur   la Régénérée,   faisant   partie   de   l'armée   navale   d'Egypte.   Après   avoir   rempli   dans   le   pays   plusieurs   missions   périlleuses,   il   fut   expédié pour  la France, et capturé une seconde fois sur l'aviso l'Écrevisse qu'il commandait. Nommé,   en   1802,   au   commandement   de   la   Coureuse,   il   eut   à   soutenir   plusieurs   engagements   contre   les   Anglais.   Le   plus   sérieux fut   celui   où,   avec   ses   40   hommes   d'équipage   et   ses   4   canons,   il   coula   à   fond,   sur   la   rade   de   Saint-Pierre   (Martinique),   dans   la   nuit du   4   au   5   mars   1804,   deux   des   trois   péniches   anglaises   envoyées   contre   lui.   Au   mois   de   janvier   1808,   la   frégate   la   Pénélope   qu'il commandait   s'empara,   de   concert   avec   la   Thémis,   de   13   bâtiments   anglais.   Capitaine   de   vaisseau,   en   1808,   il   combattit,   le   28 février   1809,   la   frégate   anglaise   la   Proserpine,   dont   il   s'empara,   avec   l'aide   de   la   Pauline,   après   un   combat   d'une   demi-heure. Choisi,   en   1810,   pour   commander   dans   le   golfe   de   Venise   une   division   de   frégates   françaises   et   italiennes   chargée   de   protéger   la côte   contre   les   croiseurs   anglais,   il   détruisit,   au   mois   d'octobre,   les   établissements   anglais   de   Lissa   ;   mais   quand,   l'année   suivante, sur   l'ordre   du   prince   Eugène,   il   tenta   de   prendre   cette   île,   il   fut   repoussé   (13   mars   1811),   par   4   frégates   anglaises,   et   tomba mortellement,   atteint   à   la   poitrine,   d'un   biscayen   (1),   au   moment   où   son   équipage   allait   exécuter   l'ordre   d'aborder   la   frégate amirale ennemie.   (1)  Biscayen : petit boulet de fer battu ou coulé pouvant atteindre une livre, utilisé dans le tir à la mitraille.

DU BOUZET (Eugène)

- (extrait de la Revue d'Aquitaine, T 12).

Le   contre-amiral   du   Bouzet   était   un   des   survivants   du   dernier   voyage   de   Dumont-d'Urville   au   pôle   Sud.   Sa   carrière   a   été   celle   d'un navigateur   ayant   la   passion   des   grands   voyages   et   de   l'étude   des   pays   lointains.   Élève   de   l'école   navale   d'Angoulême,   il   rentrait   en France   à   vingt   ans   avec   le   grade   d'enseigne,   et   après   quatre   ans   de   mer   et   un   voyage   autour   du   monde   sous   les   ordres   de   M.   de Bougainville.   Dans   l'expédition   d'Urville,   il   fut   choisi   comme   second   sur   la   Zélée.   Son   habileté   et   sa   constance   dans   ce   long   et dangereux   voyage   avaient   été   tellement   appréciées   par   M.   d'Urville,   que   ce   grand   navigateur   voulait   se   le   donner   comme successeur dans ses voyages de découvertes, et qu'il travaillait dans ce but lorsque la mort le frappa. Depuis   lors,   sauf   une   campagne   dans   le   Levant,   sous   les   ordres   de   l'amiral   Romain-Desfossés,   et   son   dernier   commandement   au Brésil,   la   vie   de   M.   du   Bouzet   se   passe   dans   la   mer   du   Sud,   dont   il   avait   fait   en   quelque   sorte   son   domaine.   Citons,   entre   autres,   sa belle   campagne   sur   la   Brillante,   où   il   rendit   de   nombreux   services   au   commerce   et   prêta   à   nos   missions   en   Océanie   un   appui   que le   Souverain   Pontife   reconnut   en   le   nommant   commandeur   de   l'ordre   de   Saint-Grégoire.   Citons   encore   son   commandement   de   la division   navale   et   son   gouvernement   des   établissements   français   en   Océanie.   Dans   ces   colonies,   si   éloignées   les   unes   des   autres,   il eut   besoin   de   toute   son   activité   et   fit   connaître   son   talent   d'administrateur.   C'est   lui   qui   a   fondé   le   premier   établissement permanent   dans   la   Nouvelle-Calédonie,   et   qui   a   le   plus   contribué   à   signaler   au   gouvernement   l'importance   de   cette   colonie.   Ce   fut sur   un   des   récifs   de   cette   île   que   se   perdit   l'Aventure,   qui   portait   son   guidon.   Le   sang-froid   qu'il   montra   dans   cette   circonstance   fut récompensé par un acquittement à l'unanimité, et bientôt après par le grade de contre-amiral. Lorsque   M.   du   Bouzet   reçut   le   commandement   de   la   division   navale   du   Brésil   et   de   la   Plata,   les   fatigues   de   la   mer   avaient   déjà altéré   sa   constitution.   Les   besoins   du   service   ayant   fait   prolonger   d'une   année   son   commandement,   il   ne   voulut   pas   solliciter   son rappel,   et,   suppléant   à   la   force   par   la   volonté,   il   avança   la   fin   de   sa   vie   pour   remplir   jusqu'au   bout   son   devoir.   Il   revint   en   France   en 1863,   frappé   d'une   maladie   progressive   et   incurable.   Il   perdit   peu   à   peu   le   mouvement   et   presque   la   parole.   Prisonnier   dans   son propre   corps,   il   ne   lui   restait   que   l'intelligence   et   la   volonté,   avec   une   douceur   inaltérable   dans   la   souffrance   et   en   face   de   la   mort qu'il voyait venir. L'Empereur l'avait nommé grand officier de la Légion d'honneur. Il   avait   la   passion   du   devoir,   la   passion   des   voyages   et   de   l'étude.   Il   savait   toutes   les   langues   de   l'Europe,   l'arabe   et   le   grec moderne.   A   l'étude   constante   de   son   art   de   marin,   il   joignait   des   connaissances   approfondies   sur   le   droit   des   gens,   l'histoire,   le commerce,   les   questions   coloniales   et   les   sciences   naturelles.   D'un   sens   droit   et   d'un   esprit   réfléchi,   d'un   caractère   très   ferme   et conciliant,   c'était   un   homme   complet,   qui   a   rendu   des   services   à   son   pays,   et   qui,   si   sa   carrière   n'eût   été   brisée   par   la   maladie, aurait pu en rendre de plus grands.

DUCASSE, Jean-Baptiste

(Béarn, 1650 - Bourbon-l'Archambault, 7-1775)

(extrait de P. Levot & Doneaud A. - Les gloires maritimes de la France – Arthus Bertrand, Paris, 1866).

Lieutenant-général   des   armées   navales,   naquit   dans   le   Béarn,   en   1650,   alla   fort   jeune   chercher   fortune   outre-mer,et,   doué   d'une grande   énergie,   se   fit   promptement   remarquer   par   les   directeurs   de   la   compagnie   du   Sénégal   qui   se   l'adjoignirent   comme collègue.   Envoyé   en   1678,   à   Saint-Domingue,   pour   y   faire   la   traite,   il   y   établit   un   comptoir,   malgré   les   préventions   hostiles   des colons.   Un   combat   qu'il   soutint,   dans   un   de   ses   voyages,   contre   un   fort   bâtiment   hollandais,   qui   fut   pris   à   l'abordage,   attira l'attention   de   Louis   XIV   qui   l'admit   dans   la   marine   royale   et   lui   conféra,   le   1er   juin   1691,   les   fonctions   de   gouverneur   de   Saint- Domingue,   fonctions   dans   lesquelles   il   fut   installé   au   Petit-Goyave,   le   16   octobre   suivant.   L'anarchie   régnait   dans   l'île.   Ducasse rétablit l'ordre et la prospérité par de sages règlements, en même temps qu'il y disciplinait les flibustiers. C'est   avec   ces   auxiliaires   qu'il   dévasta,   en   1694,   la   Jamaïque.   Attaqué,   l'année   suivante,   par   les   Anglais   et   les   Espagnols,   il succomba   devant   des   forces   supérieures,   et   la   colonie   ne   fut   sauvée   que   par   la   mésintelligence   qui   se   mit   entre   les   vainqueurs,   En 1687,   ayant   reçu   l'ordre   de   seconder   Pointis   dans   son   expédition   contre   Carthagène,   il   obéit   à   contrecœur,   car   il   eût   préféré attaquer   la   partie   espagnole   de   Saint-Domingue.   Néanmoins,   il   aida   efficacement   son   chef,   eut   la   plus   grande   part   à   la   prise   du fort   Boca-Chica   où   il   fut   blessé,   et   arbora   le   premier   le   pavillon   français   sur   le   fort   d'Ulimani;   mais,   après   la   capitulation   de   la   ville, il   ne   put   empêcher   les   flibustiers,   furieux   de   se   voir   frustrés   par   Pointis   de   leur   part   de   butin,   de   mettre   à   sac   Carthagène   dont   ils tirèrent une énorme rançon. Tout ce qu'il put obtenir d'eux ce fut qu'ils rendraient quelques vases sacrés des églises. Revenu   à   Carthagène,   le   16   juin   1697,   Ducasse   fut   créé   chevalier   de   Saint-Louis   l'année   suivante,   et   revenu   en   France,   au   mois   de juillet   1700,   il   fut   promu   chef   d'escadre,   en   1702,   et   expédié   de   France,   le   4   juillet   de   cette   même   année,   avec   6   vaisseaux   et   8 bâtiments   de   charge   portant   des   troupes   espagnoles   à   Carthagène.   Deux   de   ses   vaisseaux   s'étaient   séparés   de   lui   lorsque,   le   29 août,   il   rencontra   l'amiral   Bembow   avec   7   vaisseaux.   Attaqué   le   29   et   le   30,   il   repoussa   l'ennemi   dans   une   série   de   combats,   le poursuivit   à   son   tour,   le   1er   septembre,   le   força   de   fuir,   et   accomplit   ensuite   sa   mission.   Il   regagna   non   moins   heureusement   la France. A   la   bataille   de   Malaga,   il   commanda   le   vaisseau   l'Intrépide.   Promu,   plus   lard,   au   grade   de   lieutenant-général,   il   fut   chargé,   en 1714,   d'investir,   avec   31   bâtiments,   le   port   de   Barcelone   que   le   maréchal   de   Berwick   assiégeait   par   terre;   mais   ses   infirmités l'obligèrent   à   résigner   ce   commandement   avant   la   fin   des   opérations,   et   à   quitter   le   service.   Il   mourut,   au   mois   de   juillet   1715,   aux eaux   de   Bourbon-l'Archambault;   il   était   commandeur   de   Saint-Louis,   et   Philippe   V   l'avait   nommé,   en   1702,   chevalier   de   la   Toison d'or.

DUCOS, Théodore

(Bordeaux, 22-8-1801 - Paris, 17-3-1805)

Ministre   de   la   marine,   fils   d'un   conseiller   de   préfecture   à   Bordeaux,   et   neveu   du   conventionnel   Roger   Ducos,   ainsi   que   du   baron Nicolas   Ducos   qui   défendit   si   énergiquement   I.ongwy   en   1815,   naquit   à   Bordeaux,   le   22   août   1801,   fit   son   éducation   au   collège   de Sorrèze,   et   embrassa   la   carrière   commerciale.   Établi   au   chef-lieu   de   la   Gironde,   il   fut   nommé   plusieurs   fois   juge   au   tribunal   de commerce   et   membre   de   la   chambre   de   commerce   de   cette   ville.   Un   mémoire   qu'il   rédigea,   au   nom   de   cette   chambre,   sur   la   loi des douanes, le fit nommer, en 1834, député par ses concitoyens. Réélu   en   1837,   1839,   1842   et   1846,   il   combattit   à   la   Chambre   les   lois,   dites   de   septembre,   contre   la   presse   périodique,   la   loi   de disjonction,   les   taxes   exagérées   qui   frappaient   les   fers   et   la   production   vinicole,   réclama   l'amélioration   du   lit   de   la   Garonne,   la construction   du   chemin   de   fer   de   la   Teste,   vota   pour   l'incompatibilité   entre   les   fonctions   publiques   et   le   mandat   de   député,   pour l'adjonction   des   capacités   à   la   liste   électorale,   contre   la   dotation   du   duc   de   Nemours,   les   fortifications   de   Paris,   les   réductions   du budget de la marine, et fit de remarquables rapports sur la pèche de la morue et sur la police du roulage. Après   la   révolution   de   1848,   il   fil   encore   partie   de   l'Assemblée   constituante,   où   il   demanda   la   dissolution   des   ateliers   nationaux,   et rédigea   un   rapport   sévère   sur   les   comptes   du   gouvernement   provisoire.   Non   réélu   aux   élections   de   1849   pour   la   Législative,   il réussit   aux   élections   complémentaires   dans   le   département   de   la   Seine,   la   même   année,   et   fut   nommé   une   première   fois   ministre de   la   marine,   en   1851,   en   remplacement   de   l'amiral   Romain-Desfossés.   Mais   il   ne   conserva   ce   poste   que   quinze   jours,   s'étant retiré,   avec   tout   le   cabinet,   devant   un   vote   de   défiance   de   l'Assemblée   nationale,   lors   de   la   destitution   du   général   Ghangainier. Après le 2 décembre, il reprit son portefeuille, qu'il conserva jusqu'à sa mort. Son   administration   fut   des   plus   actives.   Il   transforma   en   navires   à   vapeur   une   partie   de   la   flotte,   reconstitua   la   police   de   la navigation   et   de   la   pêche   côtière,   augmenta   le   chiffre   de   l'inscription   maritime,   et   régularisa   l'administration.   On   lui   doit   aussi   de grandes   améliorations   dans   l'administration   centrale,   dans   le   conseil   d'amirauté,   dans   l'organisation   de   l'infanterie   de   marine   et du    commissariat,    dans    le    service    de    santé,    dans    l'institution    des    aumôniers    de    la    flotte,    dans    l'organisation    des    matelots canonniers et du génie maritime, enfin dans le système de surveillance des fournitures de bois et de vivres. C'est   encore   sous   son   ministère   que   fut   décidée   la   translation   des   bagnes   de   Rochefort   et   de   Brest   à   Cayenne   ;   que   le   contre- amiral   Febvrier-Despointes   prit   possession   de   la   Nouvelle-Calédonie,   et   que   le   colonel   Faidherbe   commença   à   étendre   le   territoire et   l'influence   de   la   France   au   Sénégal.   La   guerre   d'Orient   était   venue   donner   un   nouvel   élément   à   l'activité   de   Ducos,   quand   il   fut brusquement emporté, à Paris, le 17 mars 18o5, par une maladie, résultat de ses excès de travail.
Bordeaux Aquitaine Marine - (c) tous droits réservés 2012-2019 - Alain Clouet - contact : dossiersmarine@free.fr