Bordeaux Aquitaine Marine

Biographies A- C

Adet, Baste, Burguerieu, Cleirac

ADET (Edouard)

— (sources : Le Courrier australien, The Argus, State Library Victoria)

Curieuse   histoire   que   celle   de   Edouard   Adet   qui,   en   1851,   décide   à   22   ans   de   quitter   sa   ville   natale   de   Bordeaux   pour   s’installer   à Melbourne   en   Australie.   N’ayant   pas   trouvé   de   ligne   régulière   sur   l’Australie,   il   affréta   pour   lui-même   un   navire    chargé   de   vin   de Bordeaux et de cognac.. A   Melbourne,   il   s’installe   au   227   Bourke   street,   s’associe   à   Gustave   Curcier,   et   devient   rapidement   l’un   des   acteurs   majeurs   du   négoce des vins et alcools français dans l’état de Victoria. Les clairets français étaient les vins les plus appréciés à Melbourne. En 1858, il remplace le comte de Chabrillon comme consul de France à Melbourne. Il est naturalisé australien l’année suivante Le 30 mars 1860, il épouse Louise Mary Tully dont il aura sept enfants. En   1861,   il   déménage   pour   prendre   des   locaux   plus   vastes   dans   Market   Street.   En   1863,   il   est   distributeur   officiel   pour   l’Australie   de   la maison de champagne Krug. En 1875, il est décoré de la légion d’honneur. Il décède à Bordeaux en 1903 où il s’était retiré pour sa retraite.

BASTE (Pierre, comte -)

— (extrait de P. Levot & Doneaud A. - Les gloires maritimes de la France – Arthus Bertrand,Paris, 1866)

Contre-amiral,   né   à   Bordeaux,   le   21   novembre   1768,   de   parents   pauvres,   entra   à   l'âge   de   13   ans   dans   la   marine   marchande,   la   quitta   en   1793   pour   prendre   du service   sur   les   bâtiments   de   l'État,   à   titre   d'enseigne   auxiliaire,   et   nommé   capitaine   au   long   cours   l'année   suivante,   commanda   à   Saint-Domingue   la   goélette l'Hirondelle, puis le brick le Jacobin, avec lequel il explora les côtes de la Nouvelle-Angleterre. En   1795,   il   se   distingua   aux   combats   des   5   messidor   an   III   et   2   frimaire   an   IV,   et   commanda   la   demi-galère   la   Voltigeuse,   qui   faisait   partie   de   la   flottille   du   lac   de Garde.   Il   passa   de   là   à   Mantoue,   et,   après   y   avoir   soutenu   avec   honneur   divers   combats,   il   fut   mis   a   la   tête   de   la   flottille   qui   rendit   de   si   grands   services   pendant le   siège   de   cette   ville.   Enseigne   depuis   le   21   mars   1796,   il   commanda   comme   lieutenant   provisoire   le   brick   la   Mérope   au   siège   de   Malte,   et   se   trouva,   le   16 thermidor an VI, au combat d'Aboukir. Chargé,   en   floréal   an   VIII,   de   porter   des   dépêches   au   gouverneur   de   Malte,   bloqué   par   les   Anglais,   il   accomplit   sa   mission.   Revenu   dans   l'île   quelque   temps après,   il   prit   part   à   la   belle   défense   des   Français.   Lieutenant   de   vaisseau,   en   mai   1800,   il   partit   pour   la   désastreuse   expédition   de   Saint-Domingue,   dont   il   avait prévu l'issue, et où, à deux reprises, il fut sur le point de périr; la première fois, dans l'incendie du Cap ; la seconde fois, de la fièvre jaune. Capitaine   de   frégate   à   son   retour,   et   commandant   le   troisième   équipage   du   bataillon   des   marins   de   la   garde,   il   se   distingua   au   bombardement   du   Havre,   en 1805,   où,   commandant   la   canonnière   la   Boulonaise ,   il   força   à   la   retraite   un   cutter   et   brick   anglais.   Détaché   ensuite   à   Ostende,   sous   les   ordres   du   contre-amiral Magon,   il   activa   les   armements   de   ce   port,   puis   se   distingua   dans   plusieurs   affaires   devant   Calais   et   Boulogne.   Emmené   par   Napoléon   en   Autriche,   en   1806,   il rendit à l'armée de grands services sur le Danube, au pont de Vienne et à l'île Lobau. Dans   la   campagne   de   Prusse,   en   1507,   il   équipa   à   Dantzick   une   flottille   pour   faciliter   les   opérations   du   siège   de   Pillau,   et   enleva   un   convoi   de   42   voiles   qui apportait   des   vivres   à   l'ennemi.   L'année   suivante,   en   Espagne,   à   la   tête   de   1200   hommes,   il   conserva   intactes   vingt   lieues   de   terrain,   et   s'empara   de   vive   force de   Jaon.   Élevé   en   1809   au   grade   de   colonel   des   marins   de   la   garde,   il   arma   sur   le   Danube   une   flottille,   qui   prit   l'île   de   Mulheisen.   Puis   il   revint   en   Espagne,   et   y prit   encore   Almanza.   Napoléon   le   nomma   comte   de   l'Empire   la   même   année,   contre-amiral   en   1811,   général   de   brigade   en   1813.   C'est   en   cette   qualité   qu'il participa   à   la   campagne   de   France.   Il   n'en   vit   pas   la   fin,   étant   mort   en   février   1814,   des   suites   d'une   blessure   reçue   au   combat   de   Brienne.   (Moniteur   universel du 22 février 1814).

BURGUERIEU  

(Raymond)  

-  

  

Sauveteur  

du  

département  

de  

la  

Gironde  

-  

Extrait  

de  

l'ouvrage  

«  

Les  

sauveteurs  

girondins  

»  

Par  

Marius  

Dorgan

(1876)

Le   29   juillet   1856,   trois   hommes,   les   nommés   Léon   Lac,   Henri   Quinard   et   Fougère,   se   promenaient   en   bateau   dans   le   port   de   Bordeaux.   Tout   à   coup,   et   par   suite d'une   imprudence,   l'embarcation   chavira   et   les   promeneurs   furent   précipités   dans   la   Garonne   où   ils   auraient   infailliblement   péri,   si   Burguerieu   n'était   pas   venu à leur secours. Après de longs efforts, il parvint à les ramener tous trois à terre et à les arracher à une mort certaine.  Le   4   août   1857,   le   nommé   Hippolyte   Guinier   tombe   à   l'eau   aux   Douze-Portes,   et   va   y   trouver   la   mort,   lorsque   Burguerieu   se   jette   tout   habillé   dans   la   Garonne   et parvient à le sauver.  Le lendemain, il sauve également le nommé Félix Limosin, en danger de se noyer près du pont de Bordeaux.   Enfin, quelque temps après, il sauve, près des chantiers de l'Océan, le nommé Edouard, qui venait de tomber à l'eau.   La lutte de Raymond Burguerieu contre la mort se poursuit, il semble qu'elle veut le narguer et qu'elle attend sa présence pour choisir ses victimes.  En   1858,   le   12   novembre,   un   terrible   incendie   éclate   à   la   corderie   située   près   de   l’établissement   des   Aliénées   de   Bordeaux.   Un   homme   est   surpris   par   les flammes,   et   il   lui   est   impossible   d'échapper   à   une   mort   inévitable.   L'anxiété   est   au   comble   parmi   les   assistants,   les   cœurs   battent   et   chacun   pleure   sur   le   sort   de la   malheureuse   victime.   Dans   un   instant,   si   un   miracle   ne   s'opère   pas,   la   toiture   et   les   planchers   vont   s'effondrer   et   engloutir   l'infortuné.   Mais   il   n'en   sera   rien, Raymond   Burguerieu   est   là   :   ce   miracle,   il   l'opérera.   N'écoutant   que   son   courage,   il   se   précipite   au   milieu   des   flammes   et   parvient   à   en   retirer   le   malheureux   aux acclamations   d'une   foule   enthousiasmée.   Le   courageux   sauveteur   reçut,   dans   cette   circonstance,   une   blessure   au   bras   droit,   que   constate   un   certificat   délivré par le docteur Azam.  Le   29   juin   de   la   même   année,   il   avait   déjà   retiré   de   la   Garonne   le   nommé   Sellier,   qui   était   sur   le   point   de   se   noyer.   En   1861,   il   retire   de   l'eau   le   nommé   Pierre Coquereau.  En 1862, il sauve successivement les nommés Jacques Charretier, Cabannes et Chauveau, qui étaient en danger de se noyer dans la Garonne.  L'année   1863   est   dignement   remplie   par   le   sauveteur   bordelais   :      Il   arrête   tout   d'abord,   dans   la   cour   de   l'abattoir   de   Bordeaux,   un   cheval   emporté   qui   y répandait la terreur. Il ne put le maîtriser de suite et fat traîné sur les pierres pendant quelques instants.  Le 6 mai et le 5 juillet, il sauve les nommés Bourseaud et Louis Gourgues, qui allaient périr dans la Garonne.  Le   3   novembre   de   la   même   année,   un   bœuf   furieux   parcourait   la   rue   du   Mirail,   à   Bordeaux,   et   jetait   l'épouvante   parmi   la   population   en   renversant   tout   sur   son passage, et en blessant deux hommes dévoués qui avaient voulu l'arrêter.  L'animal   pénètre   dans   la   cour   du   Mont-de-Piété,   mais   il   est   immédiatement   suivi   par   Burguerieu,   qui   vient   d'arriver.   L'intrépide   sauveteur   accule   la   bête   dans   un coin, et, après une lutte de quelques minutes, parvient à l'arrêter, aux applaudissements de deux mille personnes, témoins de cet acte de courage.  A   la   même   époque,   un   terrible   incendie   détruisit   en   partie   l'Hôtel-de-Ville   de   Bordeaux.   C'est   là   que   Burguerieu,   qui   appartenait   alors   au   corps   des   sapeurs- pompiers, retira neuf personnes de dessous les décombres, qu'il arracha à une mort certaine, car, un instant après, les plafonds s'écroulaient.  Le 17 juillet 1864 il sauva, dans le bassin d'Arcachon, à cinq cents mètres de la plage, un imprudent baigneur, le nommé Albert Sablan, qui allait se noyer.   En 1865, il arrache également aux flots le nommé Jean-Marie Prévôt.       Le   2   mars   1866,   un   bœuf   furieux,   qui   parcourait   le   quartier.   Sainte-Croix,   se   réfugie   chez   M.   Duluth,   instituteur,   rue   du   Noviciat.   L'animal   avait   déjà   blessé   cinq personnes   et   menaçait   de   causer   d'autres   ravages,   lorsque   Burguerieu,   que   le   commissaire   de   police   avait   envoyé   chercher,   arrive   en   toute   hâte,   et,   avec   une vigueur extraordinaire (car il est doué d'une force herculéenne), maintient la bête par les cornes, et la met dans l'impossibilité de nuire.  Plus tard, en 1867, il arrête, sur le pont de Bordeaux, une vache landaise qui, échappée à ses gardiens, menaçait d'occasionner de graves accidents.       Dans   la   même   année,   se   trouvant   à   Rochefort,   il   trouve   également   l'occasion   d'arrêter   un   bœuf   furieux   qui   parcourait   les   rues   de   la   ville.   Enfin,   le   4   septembre, il sauve une jeune fille  tombée à l'eau entre deux pontons, près de l'école  de natation de Bordeaux.  En 1871, Burguerieu rappelle à la vie, par l'aspiration des poumons, un jeune homme près à s'asphyxier.  L'année ensuite, il sauve, à dix heures du soir, le nommé Henri Lesec, garçon de bains à la Bastide, qui se noyait dans la Garonne.  Les   sauvetages   opérés   par   Raymond   Burguerieu   sont   innombrables,   et   il   nous   serait   impossible   de   les   rappeler   tous.   Disons   seulement   que,   pendant   cinq années, il fat ce service sur le pont de Bordeaux, et que pendant ce laps de temps, plus de vingt personnes lui ont dû la vie.  Enfin,   depuis   huit   ans   qu'il   appartient   aux   bains   de   natation   de   la   Bastide   comme   maître-nageur,   il   ne   se   passe   pas   de   mois   sans   que   cet   homme   dévoué n'arrache à la mort quelque imprudent baigneur.  Nous   ne   saurions   mieux   terminer   cette   série   d'actes   de   dévouement   du   courageux   sauveteur   que   par   le   fait   suivant   :   Une   jeune-fille,   Jeanne   P.,   à   peine   âgée   de dix-sept   ans,   que   minait   depuis   quelque   temps   des   chagrins   de   famille   qu'il   ne   nous   appartient   pas   de   reproduire   ici,   se   mourait   dernièrement   d’une   maladie   de cœur.   Les   efforts   de   la   science   étaient   impuissants,   et   l'on   attendait   dans   l'anxiété   l’instant   où   cet   ange   allait   rendre   son   âme   au   créateur.   Les   médecins voulurent   cependant   tenter   un   dernier   effort,   et   ils   songèrent   'à   la   transfusion   du   sang.      Mais,   où   trouver   un   homme   ?   où   trouver   un   être      assez   courageux   pour supporter   cette   opération   et      arracher   à   la   mort   cette   nouvelle   victime   ?   Burguerieu   se   présenta,   lui   seul   était   capable   d'un   tel   dévouement,   lui   seul   avait   la force de lutter contre l'implacable ennemie qui voulait s'emparer de cette malheureuse enfant.       Malgré   les   efforts   de   la   science,   l'infortunée   succomba,   après   avoir   supporté   deux   fois   cette   dangereuse   opération,   et   Burguerieu,   dont   le   dévouement   avait été   désintéressé,   eut   la   douleur   de   ne   pouvoir   conserver   à   la   société   une   jeune   fille   dont   la   grandeur   d'âme   et   la   noblesse   de   caractère   eussent   fait   une   de   ces femmes   dont   honore   à   juste   titre   une   famille.   Raymond   Burguerieu   n'est   pas   seulement   un   courageux   sauveteur,   il   est   aussi   un   philanthrope   dévoué,   un   de   ces bienfaiteurs   modestes   de   l'humanité   dont   on   aime   à   rappeler   les   traits   de   charité.      Pendant   la   dernière   guerre   de   1870,   alors   que   les   blessés   arrivaient   en   foule dans   nos   villes   du      Midi,   Burguerieu   ne   fut   pas   le   dernier   à   leur      offrir   un   refuge   chez   lui;   douze   de   ces   malheureux      furent   recueillis   chez   cet   homme,   dont   la bonté   de      cœur   égale   le   courage,   et   pendant   trois   mois   il      employa   le   maigre   salaire   que   lui   procurait   son   état   de   garçon   boucher   au   soulagement   de   ces     pauvres enfants, qu'un misérable despote avait  envoyé à la mort.  Lorsque le choléra sévissait à Bordeaux, Burguerieu sut, comme toujours, faire son devoir ; il soigna les malades avec un zèle et un dévouement digne d'éloges.  Enfin,   pendant   la   période   de   variole   qui   éclata   en   1870,   il   recueillit   chez   lui,   pendant   trois   mois,   un   malheureux   jeune   homme   atteint   de   cette   ter-      rible   maladie, et, grâce à ses bons soins, il l'a complètement rétabli.  Burguerieu,   quoique   peu   fortuné,   n'oublia   pas   non   plus   les   devoirs   que   commande   la   charité,   et   donna   souvent   davantage   que   ses   moyens   ne   lui   permettaient. A une époque oubliée par le généreux sauveteur, il fit don, au profit des pauvres, de deux moutons lui appartenant, et soulagea ainsi de tristes misères.  Il   appartenait   également   à   ce   brave,   de   ne   pas   oublier   ces   autres   braves   qui,   avec   le   grand   capitaine   Bonaparte,   avaient   porté   haut,   et   fait   respecter   dans   tous les   pays,   le   glorieux   nom   de   la   France.      Il   fournit,   pendant   un   certain   temps,   une   grande   quantité   de   viande   aux   courageux   invalides   de   l'asile   Sainte-Hélène   de Bordeaux.   Tant   de   nobles   actions,   tant   d'admirable   courage,   méritaient   une   récompense   ;   le   gouvernement   le   comprit,   et   Burguerieu   obtint   :   1°   une   médaille d’argent   de   2e   classe   ;   2°   une   médaille   d'argent   de   1ére   classe   ;   3°   une   médaille   d'or   de   2e   classe.   Il   fut,   en   outre,   admis   comme   membre   de   la   Société   belge   de Sauvetage, de la Société des Sauveteurs de Carcassonne et de la Société de Confucius, de France.  Ecce   homo   !   Voilà   quel   est   celui   dont   nous   venons   d'esquisser   à   grands   traits   la   biographie.   Ne   vous   semble-t-il   pas,   ô   lecteur   !   qu'il   y   a   un   parallèle   à   établir entre   cet   homme,   dont   l'existence   se   passe   à   arracher   à   la   mort   les   êtres   dont   elle   veut   se   saisir,   et   ces   autres   hommes,   véritables   génies   destructeurs   de l'humanité, qui semblent n'être sur la terre que pour lui envoyer les victimes dont elle doit se repaître.  Pendant   que   le   courageux   sauveteur   lutte   et   combat   contre   la   mort,   ces   derniers,   qu'on   imagine   princes,   roi   ou   empereurs,   montent   sur   un   trône,   commandent à   une   foule   d'esclaves   et   de   serfs,   et   voulant   satisfaire   un   caprice   ou   une   sotte   ambition,   n'ont   rien   de   plus   pressé   que   de   déclarer   la   guerre   et   de   lui   livrer   en bloc des êtres dont elle mettrait peut-être plus de temps à s'emparer. Que de lâchetés, que de vilenies à côté de tant de dévouement !  S'il   est   vrai   qu'il   y   a   une   seconde   vie,   s'il   est   vrai   que   Dieu   récompense   là-haut   les   bonnes   actions   d’ici-bas,   lorsque   Raymond   Burguerieu   deviendra   lui-même   la victime de celle à qui il en a tant arraché, il verra venir sans crainte l'instant où il paraîtra devant l'Être suprême.  Mais,   ce   n'est   là   qu'une   fiction,   ce   n'est   là   qu'un   idéal   auquel   nous   n'attachons   pas   plus   d'importance   qu'il   ne   mérite,   et   c'est   pourquoi   nous   voudrions   voir   la justice   des   hommes   devancer   celle   de      Dieu.   Rappelant   donc,   pour   terminer,   les   paroles   de   ce   célèbre   avocat   dont   nous   parlions   en   commençant,   espérons   qu'il restera encore sur la noble  poitrine du courageux sauveteur bordelais une  petite place pour une plus grande !

CLEIRAC

(Bordeaux, 1583 - ?)

Avocat,   auteur   de   recherches   sur   la   marine,   le   droit   maritime   et   les   monnaies.   Son   livre   "Us   et   coutumes   de   la   mer"   reste   une   référence   de   nos   jours.   On   ne connaît pratiquement rien de sa vie.
Bordeaux Aquitaine Marine - (c) tous droits réservés 2012-2019 - Alain Clouet - contact : dossiersmarine@free.fr